Les chefs incités à «sortir de leur cuisine» pour le Lyon Street Food Festival

ARTS CULINAIRES Le festival se tient aux Subsistances du 23 au 26 septembre...

Elisa Frisullo
— 
Un food truck installé cet été pendant l'Euro dans la fan-zone place Bellecour à Lyon.
Un food truck installé cet été pendant l'Euro dans la fan-zone place Bellecour à Lyon. — JL

Au printemps 2013, The Rolling cantine, l’un des premiers camions à burgers s’installait à Lyon. Trois ans plus tard, de nombreux food trucks ont élu domicile dans la capitale de la gastronomie. Encore beaucoup réservé aux camions, le concept de cuisine de rue commence progressivement à faire sa place dans les rangs des chefs, de moins en moins frileux à l’idée de délaisser leurs fourneaux pour aller ponctuellement cuisiner en mode nomades.

Ce sera notamment le cas ce week-end à l’occasion du Lyon Street Food Festival, organisé du 23 au 26 septembre aux Subsistances en présence d'une trentaine de chefs par Food Trucks Gourmet, spécialisé dans la conception d’événements gourmands autour des food trucks. 20 Minutes a rencontré Thomas Zimmerman, cofondateur de cette société lyonnaise.

Comment vous est venue l’idée d’organiser ce festival dédié à la cuisine nomade ?

Nous voulions montrer qu’à Lyon, réputée dans le monde entier pour sa grande cuisine, on peut aussi faire de la cuisine hors les murs. Ce festival va au-delà des foods trucks. Nous avions envie d’aller chercher des restaurateurs dans leur cuisine pour leur permettre d’aller à la rencontre du public et de concocter, à la minute, des plats toujours très qualitatifs mais qu’on peut manger de manière plus conviviale, sur le pouce, assis les uns à côté des autres.

La cuisine de rue s’est beaucoup développée à Lyon, avec les food trucks essentiellement. Mais les autorités et les restaurateurs sont à peu à la traîne…

Il y a une quarantaine de food trucks à Lyon. Au début, cela a été compliqué mais les choses évoluent rapidement. Certains restaurateurs ne voyaient pas d’un bon œil l’arrivée d’un camion en face de chez eux. Mais beaucoup ont compris que la cuisine de rue est une activité complémentaire, et non concurrentielle, un canal de la restauration qui répond à un besoin de cuisine festive. D’ailleurs plusieurs restaurateurs comme L’Amuse-Bouche, La tabl’ature ou Hard Rock Café ont lancé leur camion. Inversement des gens, qui ont commencé par un food truck, comme Aklé, L’Estanco ou Trop Chou, ont ouvert leur établissement.

>> A lire aussi : Notre sélection de Food Trucks à tester aux quatre coins de Lyon

L’objectif est donc d’inciter davantage de chefs à se lancer dans la cuisine nomade?

Nous voulons effectivement continuer à inciter les chefs à sortir dans la rue et en même temps aider ceux qui se lancent dans les food trucks à se concentrer sur un seul produit de qualité, même si Lyon est plus en pointe que d’autres villes en matière de cuisine proposée. Au niveau national, on estime que 75 à 80 % des food truks proposent des burgers. Ici, c’est la moitié des camions. Mais il y a encore des choses à créer. Il n’y a aucun food-truck mexicain, par exemple, alors que c’est l’une des cuisines qui s’y prête le mieux.

Parmi les points à améliorer, les food trucks sont encore beaucoup hors des centres-villes dans les zones industrielles notamment….

A Lyon par exemple, la mairie est de plus en plus réceptive à notre message. Pour la rentrée culturelle, nous avons été invités à faire venir des food trucks au musée gallo-romain de Fourvière. Bien sûr, elle ne va pas nous autoriser à installer un camion pérenne rue Mercière, c’est logique, il y a beaucoup de restaurants, mais pour des projets ponctuels et festifs, nous trouvons notre place, avec les municipalités ou des partenaires privés. La grosse nouveauté de cette année, c’est notre présence au Parc Olympique lyonnais, où cinq food trucks proposent de la restauration très qualitative sur le pouce. On a trouvé notre public et l’OL s’y retrouve. Nous participons au festival de musique électro Nuits sonores… L’an passé, nous avons aussi monté un village des food trucks pendant deux semaines sur une friche à La Part-Dieu…

>> A lire aussi : Lyon: Bientôt des restos, supérettes et Food trucks dans les hôpitaux de la ville

Quels sont les projets à venir ?

Nous étions présents au marché de Noël de la Croix-Rousse en 2015. Nous devrions de nouveau y être cette année. A l’occasion du Salon international de la restauration de l’hôtellerie et de l’alimentation, grand rendez-vous mondial de la cuisine qui se tient à Lyon en janvier, nous préparons un événement ouvert au grand public qui se déroulera en centre-ville.