Villeurbanne: La mairie fait finalement le choix des armes pour sa police municipale

SÉCURITÉ Le maire PS de la ville, qui a longtemps refusé la demande de ses agents, l'a annoncé ce mercredi...

Elisa Frisullo

— 

Les policiers municipaux de Villeurbanne seront dotés d'armes de poing en 2017. Illustration.
Les policiers municipaux de Villeurbanne seront dotés d'armes de poing en 2017. Illustration. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Après le maire PS de Lyon Gérard Collomb, Jean-Paul Bret vient à son tour de changer son fusil d’épaule au sujet de l’armement de la police municipale. Le maire PS de Villeurbanne a en effet annoncé, ce mercredi, que ses 40 agents seraient équipés d’armes de poing dans le courant de l’année 2017.

L’édile, longtemps opposé à la demande des policiers municipaux, avait consenti en 2015 à les doter de pistolets à impulsion électrique (Taser). « Mais depuis, nous avons continué à mener notre réflexion en lien avec eux. C’est faire preuve d’adaptation et d’intelligence que de ne pas rester camper sur ses positions », insiste Jean-Paul Bret, soucieux, à travers cette décision, de répondre à l’évolution du contexte national.

Un contexte national qui a évolué

« Aujourd’hui, à travers les réseaux sociaux notamment, les terroristes ciblent les écoles, la police. C’est donc l’évolution du contexte qui nous fait évoluer sur nos réponses. Nous avons constaté encore, en cette rentrée, une situation anxiogène au niveau de la population. Il ne s’agit pas de céder au terrorisme et d’arrêter de vivre comme nous le faisions, mais d’entendre la demande de sécurité de nos habitants », ajoute le maire.

>> A lire aussi : La mairie de Villeurbanne n'équipera pas ses policiers d'armes à feu

L’évolution des tâches désormais dévolues aux policiers municipaux, appelés notamment à assurer la sécurité du public la nuit dans le cadre des brigades de soirées mises en place en 2015, a également incité la municipalité à changer de braquet. Depuis la rentrée, les agents assurent aussi, sur demande des ministères de l’Intérieur et de l’Education nationale, la sécurité des entrées et sorties aux abords des écoles. « Il ne s’agit plus là d’une mission de tranquillité publique mais de sécurité. Étant donné que tous les policiers municipaux souhaitaient être armés et se sentaient exposés, il fallait entendre cette demande », ajoute le maire.

Une formation théorique et pratique

Dans les prochaines semaines, les agents villeurbannais devraient progressivement bénéficier d’une formation théorique et pratique. Une étape obligatoire avant d’être dotés d’une arme de poing. Les armes pourraient être fournies par le ministère de l’Intérieur, comme cela avait été le cas des communes volontaires pour armer leur police au lendemain des attentats survenus à Paris le 13 novembre.

>> A lire aussi : Une partie de la police municipale armée à Lyon avant l'Euro

Suite à l’annonce du maire socialiste, le chef de file de l’opposition municipale, qui réclamait de longue date l’armement de la police, s’est félicité, dans un communiqué, de la décision prise par la mairie. « Force est de constater que face au laxisme ambiant en France, face à une situation qui s’est dégradée ces derniers mois, le maire de Villeurbanne a enfin compris que le rôle du premier magistrat de la ville est de protéger sa population à tous les instants », a indiqué Jean-Wilfried Martin, président du groupe des élus Les Républicains.

« Cette victoire n’est pas une fin en soi. Notre groupe municipal restera vigilant sur sa mise en application », a-t-il ajouté.

Les syndicats des policiers municipaux de Villeurbanne, dont la demande d’armement était unanime selon la mairie, n’ont, pour l’heure, pas pu être joints par 20 Minutes.