OL: Les cinq choix offensifs plus ou moins dingues que peut tenter Genesio pour remplacer Lacazette

FOOTBALL En plus de sa deuxième défaite consécutive en Ligue 1, samedi face à Bordeaux (1-3), l'OL va sans doute devoir se passer pendant plusieurs semaines de son meilleur buteur, touché à la cuisse…

Jérémy Laugier

— 

Alexandre Lacazette a vite compris que sa blessure intervenue en fin de match samedi risquait d'être très sérieuse.
Alexandre Lacazette a vite compris que sa blessure intervenue en fin de match samedi risquait d'être très sérieuse. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Le cauchemar lyonnais, samedi face à Bordeaux (1-3), a changé de dimension à la 87e minute. Tout juste revenu d’une blessure au genou, avec un seul entraînement dans les jambes en deux semaines, Alexandre Lacazette a aussitôt grimacé en entamant une énième course sur l’aile gauche. L’impression de vilaine blessure musculaire à la cuisse a vite été confirmée par Jean-Michel Aulas sur beIN Sports : « Il a ressenti une douleur très forte, c’est une blessure sérieuse. On s’attend à des semaines d’indisponibilité avant sa guérison ».

Une tuile d’autant plus monumentale qu’elle tombe à la fois dix jours après la fin du mercato estival et quatre jours avant un premier rendez-vous déjà décisif en Ligue des champions. Quel recours offensifs Bruno Genesio peut-il tenter mercredi (20 h 45) face au Dinamo Zagreb et dans un avenir proche ?

>> A lire aussi: L'OL n'est pas vraiment d'attaque après avoir surtout manqué Iturbe

Vite s’appuyer sur un joker de niveau international

C’est évidemment ce à quoi ont pensé les supporters lyonnais les plus optimistes samedi. Mais il ne faut pas espérer de miracle de ce côté. Un joker (qui ne serait pas médical, Lacazette s’étant blessé avec l’OL et non avec les Bleus) ne peut être qu’un joueur évoluant dans un club français, ce qui réduit déjà sérieusement les ambitions de pointure européenne reconnue.

On pense plutôt dans ce cas à Jean-Philippe Mateta (19 ans, Châteauroux) qui intéresse toujours Lyon. Mais quels que soient le profil et la date de signature de cette éventuelle recrue, elle ne pourrait être qualifiée pour la phase de poule de Ligue des champions. Pour ceux qui rêveraient d’un joueur libre de la dimension de Klose (38 ans) ou Adebayor (32 ans), le problème serait le même concernant la C1, pour laquelle Jean-Michel Aulas compte bien retrouver les 8es de finale cette saison.

Garder son 4-3-3 et repositionner Maxwel Cornet dans l’axe

Même en comptant Fekir (genou) et Valbuena (adducteurs), toujours indisponibles, Maxwel Cornet (19 ans) est désormais le joueur offensif au profil le plus à même d’évoluer en pointe à l’OL. Dès sa première apparition en Ligue 1, le 25 janvier 2015 face à son club formateur Metz (2-0) suite à… une blessure musculaire de Lacazette, l’actuel international espoir avait d’ailleurs évolué durant près d’une heure dans un rôle de numéro 9. A l’époque, c’était certes dans un 4-4-2 aux côtés de Nabil Fekir (avec Ghezzal en meneur de jeu).

Mais Denis Schaefer, directeur du centre de formation du FC Metz est formel : « Maxwel est plus à l’aise dans l’axe. Il va vite et il percute beaucoup. Il a de grosses qualités athlétiques et ne refuse pas le combat. Il a un peu le profil d’Alexandre Lacazette ». Titulaire depuis neuf mois sur le côté gauche du 4-3-3 de Genesio, le moment est peut-être venu de le tester dans ce registre, surtout après sa prometteuse entrée en jeu samedi.

>> A lire aussi: Pourquoi Maxwel Cornet est-il autant un phénomène qu'Ousmane Dembélé?

Installer un duo Kalulu-Cornet ou Ghezzal-Cornet

Même si le 4-3-3 a permis à Maxwel Cornet et Rachid Ghezzal de changer de dimension depuis janvier, l’absence pour plusieurs semaines du seul véritable avant-centre confirmé de l’OL pourrait inciter Bruno Genesio à opter pour un retour au 4-4-2, qui avait si bien réussi à Hubert Fournier en 2014-2015, voire à un 3-5-2. Et ce afin d’impliquer plus de monde offensivement, à commencer par les habituels relayeurs Ferri, Tolisso et Darder, mais aussi les latéraux Rafael et Rybus.

Pour son premier match officiel depuis le 7 mai face à Monaco, Rachid Ghezzal a montré qu'il manquait de rythme samedi contre Bordeaux (1-3). Le contexte va pourtant vite pousser Bruno Genesio à s'appuyer pleinement sur lui. PHILIPPE DESMAZES
Pour son premier match officiel depuis le 7 mai face à Monaco, Rachid Ghezzal a montré qu'il manquait de rythme samedi contre Bordeaux (1-3). Le contexte va pourtant vite pousser Bruno Genesio à s'appuyer pleinement sur lui. PHILIPPE DESMAZES - AFP

Plusieurs éléments pourraient avoir le profil pour occuper les deux places devant, en croisant les doigts pour un retour rapide de Nabil Fekir. Outre Maxwel Cornet, qui fait figure d’option la plus mûre à ce niveau, on peut songer à Aldo Kalulu, buteur samedi pour sa première apparition cette saison. Dans la perspective de Zagreb, l’attaquant de poche (1,66 m, 20 ans) présente l’avantage d’avoir déjà signé deux matchs de Ligue des champions plutôt intéressants la saison passée, contre La Gantoise et Valence. Rachid Ghezzal, qui se verrait sans doute davantage comme un meneur de jeu dans un 4-4-2, pourrait aussi avoir un rôle à jouer dans une position plus avancée dès mercredi.

>> A lire aussi: Rachid Ghezzal va-t-il subir les sifflets du Parc OL pour son retour?

Relancer la mode du faux 9 à l’espagnole avec Corentin Tolisso

« Quand on perd, c’est à cause de moi car je ne suis pas un entraîneur suffisamment expérimenté. Ou alors je devrais m’appeler Ramirez ou Sanchez… » Le cri du cœur de Bruno Genesio n’est pas passé inaperçu, jeudi devant la presse. Une opportunité en or se présente pour l’entraîneur lyonnais s’il veut entamer sa révolution hispanique. Habituel milieu relayeur à l’OL, Corentin Tolisso a en effet été double buteur de la victoire des Bleuets face à l’Islande (2-0) cette semaine en tant que meneur de jeu.

« J’étais surpris de le voir là et il m’a impressionné dans ce rôle », a souligné Genesio. Au vu du nombre colossal de milieux dans son effectif (Gonalons, Ferri, Darder, Tousart, Kemen, puis bientôt Grenier et Valbuena), pourquoi ne pas faire de Tolisso le nouveau Cesc Fabregas ? A savoir un milieu créatif placé en faux numéro 9 comme l’a si souvent fait Vincente Del Bosque à la tête de la Roja, lors des titres au Mondial 2010 puis à l’Euro 2012.

Oser nous sortir une attaque de Youth League

Pour tenter de justifier l’absence de coups offensifs de dernière minute sur le mercato estival, l’OL s’est fendu le 1er septembre d’un communiqué vantant la présence dans l’effectif « des espoirs comme Maxwel Cornet, Aldo Kalulu ou Gaëtan Perrin, ou encore des jeunes talents issus du centre de formation comme Myziane Maolida ou Amine Gouiri ». Retenu ce week-end dans un groupe élargi, ce dernier pourrait dans les prochaines semaines devenir le premier joueur né en 2000 à participer à une rencontre de Ligue 1.

Le panache ultime serait d’en faire de même en Ligue des champions avec cet attaquant de 16 ans, prévu tout comme pour Maolida dans l’effectif de la Youth League pour les U19 coachés par Cris. Sur un coup de folie, Bruno Genesio pourrait décider de confier les clés de l’animation offensive du groupe pro au prometteur meneur de jeu Houssem Aouar (18 ans) et à Amine Gouiri.