ASSE: Pourquoi Léo Lacroix peut vite devenir une révélation de la Ligue 1

FOOTBALL Le défenseur central suisse de 24 ans a rejoint Saint-Etienne lors du dernier jour du mercato. Cet ancien joueur du FC Sion présente au moins cinq atouts...

Jérémy Laugier

— 

Léo Lacroix s'est engagé mercredi dernier pour quatre saisons à Saint-Etienne.
Léo Lacroix s'est engagé mercredi dernier pour quatre saisons à Saint-Etienne. — FABRICE COFFRINI / AFP

Léo Lacroix a assuré ce mercredi « ne pas avoir hésité une seconde » en recevant la proposition de l’ASSE, la semaine passée. Totalement inconnu du grand public en France, l’ancien international espoir suisse aura fort à faire dans une défense centrale stéphanoise friable depuis la reprise. Au vu de ses soutiens dans son précédent club, le FC Sion, voici en cinq raisons pourquoi le joueur de 24 ans pourrait surprendre la Ligue 1 dans les prochains mois.

>> A lire aussi : Le colosse suisse Léo Lacroix devrait renforcer la défense stéphanoise

C’est un gros bosseur

Blaise Piffaretti, qui a recruté Léo Lacroix en 2009 au FC Sion, a vite été bluffé par la détermination de son protégé, alors âgé de 17 ans. « Léo n’est pas un talent pur mais il a vraiment une mentalité de battant et de travailleur hors pair », indique l’ancien international helvète.

Une caractéristique que confirme sans hésiter son meilleur ami dans l’effectif du FC Sion Carlitos. « Il a travaillé à 100 % comme il faut, ce qui lui a permis d’encore franchir un palier récemment », confie l’ailier portugais, qui n’hésite pas à le comparer à Luisao (1,92 m), son ancien partenaire au Benfica Lisbonne.

Son physique de géant va en impressionner plus d’un

Edinson Cavani et Bafetimbi Gomis vont être drôlement surpris d’être marqués par un défenseur leur rendant près de 15 cm. Car Léo Lacroix, c’est avant tout une montagne d’1,97 m. « Quand je suis arrivé au club, je me suis demandé s’il faisait du basket ou du football, sourit Carlitos. Bien sûr que sa taille m’a impressionné, mais pas que moi. »

Son jeu de tête et sa passion pour les duels pourraient donc vite se révéler précieux, aux côtés de Loïc Perrin. Les Girondins de Bordeaux n’ont sans doute pas oublié que leur destin lors de la dernière Ligue Europa avait sérieusement été contrarié par une tête victorieuse de l’intéressé (0-1), le 22 octobre 2015.

Il n’est pas pataud pour autant

Ne vous fiez pas à sa taille, Léo Lacroix est autrement plus mobile que son prédécesseur dans la charnière des Verts Moustapha Bayal Sall (1,94 m). « Sans dire qu’il ne sera pas en difficulté face à la vivacité d’un attaquant d’1,60 m, il n’est pas emprunté. Il sent bien le jeu et il a progressé dan sa capacité à créer le surnombre avec le ballon », souligne Blaise Piffaretti. Celui-ci rappelle que durant ses premières années au FC Sion, il évoluait même parfois plus haut sur le terrain, au poste de milieu défensif.

Il va mettre l’ambiance dans le vestiaire des Verts

Pour sa première expérience à l’étranger, Léo Lacroix débarque à Saint-Etienne en plein rajeunissement de l’effectif, notamment au milieu où quatre autres joueurs de moins de 26 ans sont arrivés (Selnaes l’hiver dernier, puis Dabo, Saivet et Veretout cet été). Un nouveau cycle qui devrait faciliter l’intégration de ce joueur francophone important dans le vestiaire du FC Sion.

« J’ai toujours trouvé qu’il dégageait une certaine aura dans un groupe », glisse Blaise Piffaretti. « Léo, c’est quelqu’un qui a un grand cœur et un type simple qui ne se prend pas la tête. On peut toujours compter sur lui et l’ambiance est vraiment bonne avec lui », confirme même Carlitos.

>> A lire aussi: Le vestiaire stéphanois s'éclate grâce à la nouvelle célébration d'Ole Selnaes

Il n’a peur de personne, même pas de Zlatan

La perspective d’un premier match en Ligue 1 vendredi (20h45) au Parc des Princes ferait frémir plus d’un défenseur central. Léo Lacroix n’a de son côté exprimé qu’un regret devant la presse, avant ses possibles débuts français vendredi : « Il y a un peu de déception de ne pas affronter Ibrahimovic [parti à Manchester United] mais le PSG a d’autres grands attaquants. » Voilà un rookie plein de cran, et prêt à franchir la porte de l’équipe nationale suisse.

« Le sélectionneur de la Nati l’observe et Léo aura bien plus de visibilité en jouant dans le championnat français », estime Blaise Piffaretti. Après tout, Vladimir Petkovic ne serait sans doute pas insensible vendredi en découvrant que le prometteur géant muselle Edinson Cavani, à défaut de Zlatan.