Grenoble: Rentrée galère pour les usagers des TER en raison du manque de conducteurs

TRANSPORT Plusieurs trains sont supprimés chaque jour dans le secteur de Grenoble au grand dam des voyageurs…

Elisa Frisullo

— 

Une vingtaine de trains est supprimée chaque jour en Rhône-Alpes en raison du manque de conducteurs. Illustration
Une vingtaine de trains est supprimée chaque jour en Rhône-Alpes en raison du manque de conducteurs. Illustration — Elisa Riberry / 20 Minutes

Pour de nombreux usagers TER isérois, la rentrée est, cette année, synonyme de galère quotidienne. De retour de vacances, les voyageurs ont constaté la suppression d’une vingtaine de trains quotidiens autour de Grenoble sur la nouvelle grille mise en place par la SNCF. Ces TER, qui pour l’heure, ne sont pour la plupart par remplacés par des cars de substitution ont été supprimés en raison d’un manque de conducteurs sur ce secteur de la région. Une situation ubuesque pour les usagers qui déplorent le manque total d’informations de la direction régionale de la SNCF sur ce sujet.

« La plupart des voyageurs ont découvert que leur train avait été supprimé une fois à la gare. Le manque de conducteurs était connu, la SNCF aurait dû informer les usagers », regrette Emmanuel Colin de Verdière, secrétaire de l’association de développement des transports en commun, voies cyclables et piétonnes dans la région grenobloise (ADTC).

Une pétition mise en ligne

Les lignes Grenoble-Chambéry, Grenoble-Saint-Marcellin et Grenoble-Saint-André-le-Gaz sont concernées par ces suppressions de TER mises en place à toute heure de la journée, y compris aux heures de pointe. « Dans certains cas, c’est le premier train du matin ou même le dernier du soir qui est supprimé », ajoute l’association, contactée ces derniers jours par de nombreux passagers mécontents. « Les gens sont bien obligés de s’organiser. Mais ce qui est sûr c’est que cela va se traduire par un report sur la voiture, car une fois de plus le train n’est pas fiable », ajoute le secrétaire, soucieux que la SNCF accélère le retour de ses conducteurs.

Utilisateur régulier du Grenoble-Chambéry, Pascal a mis en ligne récemment une pétition pour demander le retour des deux trains supprimés le matin et le soir, à 6 h 53 à Chambéry et 18 h 06 à Grenoble. Deux TER fréquentés par de nombreux travailleurs, lycéens et étudiants.

>> A lire aussi : Lyon: Une vingtaine de TER supprimée en Auvergne Rhône-Alpes faute de conducteurs

« Chacun à son niveau essaie de modifier son comportement (covoiturage, vélo, transport en commun) pour participer à la réduction de la circulation automobile dans la vallée du Grésivaudan, et ainsi diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Cette décision va dans une direction diamétralement opposée », déplore l’usager dont la pétition a déjà été signée par plus de 1.100 personnes.

La SNCF cherche des solutions

En réponse aux voyageurs, la SNCF, contactée par 20 minutes, a indiqué être consciente des difficultés rencontrées par ses clients dans ce secteur. « Nous nous efforçons de résoudre cette situation », a indiqué un porte-parole, précisant que 60 conducteurs destinés au réseau régional étaient actuellement en formation à Lyon pour pallier le manque actuel de chauffeurs.

Ce déficit est lié principalement aux départs à la retraite des agents désormais déclarés plus tardivement à la SNCF donc plus difficiles à anticiper, et à la mise en place de nouveaux trains en Rhône-Alpes nécessitant la formation de nombreux conducteurs. « Forcément, lorsqu’ils sont en formation, ils ne conduisent pas de trains voyageurs », ajoute-t-on à la SNCF, où des réductions ont été offertes aux abonnés TER pour le mois de septembre.

Des réductions sur les abonnements

Ces remises de 25 %, valables pour tous les usagers rhônalpins dotés d’un abonnement mensuel ou annuel, font suite aux nombreuses grèves qui avaient perturbé la circulation sur les rails au printemps.

« Nous allons en bénéficier, mais cela n’a rien à voir avec les perturbations que nous subissons spécifiquement en Isère », regrette Emmanuel Colin de Verdière, qui espère la mise en place rapide de cars en remplacement des trains supprimés autour de Grenoble.