20 Minutes : Actualités et infos en direct
JUSTICEGrenoble: Un prêtre jésuite, accusé de pédophilie, rejugé en appel

Grenoble: Un prêtre jésuite, accusé de pédophilie, rejugé en appel

JUSTICEL’homme, reconnu coupable d'« abus sexuels sur mineurs de moins de 15 ans », avait été condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis…
Prêtre, illustration.
Prêtre, illustration. - FRANCOIS GUILLOT / AFP
Caroline Girardon

Caroline Girardon

Le premier jugement était considéré comme trop clément par le Ministère public. Un prêtre jésuite, poursuivi pour pédophilie, avait écopé d'une peine de deux ans de prison avec sursis. Deux années ferme avaient été requises.

Résultat : le parquet a fait appel et le père Dominique Peccoud, 70 ans, se retrouve à nouveau devant la justice. Il doit comparaître ce mercredi devant la cour d’appel de .

Neuf victimes

L’homme, qui a longtemps exercé à Toulouse, où il a été notamment directeur de l’école supérieure d’agriculture de Purpan, est soupçonné d’avoir abusé sexuellement de neuf jeunes garçons, entre 1990 et 2004. Dont son neveu.

Toutes les victimes appartenaient à des familles catholiques avec lequelles le prêtre entretenait des liens amicaux, voire familiaux.

Une condamnation passée sous silence

Sa condamnation prononcée le 7 avril 2015, n’avait pas été communiquée à l’extérieur par sa congrégation. C’est en juin 2016 ajoutant que ses supérieurs lui avaient simplement demandé de se tenir à l’écart de toute activité publique, sans pour autant lui retirer ses prérogatives ecclésiastiques.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« Dès qu’elle avait eu connaissance des faits, la Province de France de la Compagnie de Jésus avait tout mis en œuvre pour que la justice puisse agir, quelques jours après. Le Provincial de l’époque avait demandé au Père Peccoud de se dénoncer sur l’ensemble des agissements qu’il aurait pu avoir, ce qui a été fait en avril 2008 ».

A la retraite depuis cette année-là, le prêtre, qui vit aujourd’hui en Isère, avait continué de participer à des manifestations publiques, répondant même en novembre dernier,, qui n’était pas au courant de cette condamnation. Les victimes, ulcérées par cette interview, .

Sujets liés