Ligue des champions: On a déjà assisté pour vous à la phase de poule de l'OL

FOOTBALL Suite au tirage au sort ayant réservé à l'OL la Juve, Séville et le Dinamo Zagreb, « 20 Minutes » vous propose de découvrir en exclusivité l’épopée lyonnaise en C1…

Jérémy Laugier
— 
Mathieu Valbuena, Jordan Ferri et Maxwel Cornet savaient en mai dernier, suite au succès (6-1) face à Monaco, qu'ils auraient droit à une revanche en Ligue des champions.
Mathieu Valbuena, Jordan Ferri et Maxwel Cornet savaient en mai dernier, suite au succès (6-1) face à Monaco, qu'ils auraient droit à une revanche en Ligue des champions. — ROMAIN LAFABREGUE / AFP

S’ils n’étaient pas si préoccupés par l’épineux cas Rachid Ghezzal, les supporters lyonnais n’auraient parlé que de ce tirage au sort de Ligue des champions depuis de longues semaines. Surtout car ils ne se font guère d’illusions sur l’issue d’une Ligue 1 que le PSG devrait à nouveau survoler.

Ils espèrent aussi une vraie réaction européenne suite au désastreux parcours en 2015-16 [l'OL a fini dernier d’une poule très abordable avec le Zenit, La Gantoise et Valence]. Enfin, les déplacements continentaux auront autrement plus de gueule que la reprise dans les guère exotiques enceintes de Marcel-Picot et Gaston-Gérard.


Donc oui, en découvrant tour à tour ce vendredi les prestigieux noms de la Juventus Turin, de Séville voire du Dinamo Zagreb, l’OL a su que sa saison avait véritablement démarré. Comme ça nous amuse plutôt de vous spoiler cette campagne de poule en C1, voici mois par mois ce qui va se passer pour la bande à Bruno Genesio d’ici Noël.


L’euphorie de septembre grâce au « formidable outil »

Pour leurs débuts européens en mars et avril au Parc OL, les Lyonnaises ont proprement passé 16 buts en deux matchs contre le Sparta Prague et le PSG. S’appuyant sur la réussite d’Ada Hegerberg & co et sur le 6-1 d'anthologie en mai contre Monaco, Bruno Genesio parvient à transcender tout son groupe pour cette grande première en C1 à Décines. Le « formidable outil », qui a vu Darder humilier Thiago Silva et Mapou Yanga-Mbiwa devenir une idole en quelques mois, porte encore chance à l’OL.

Pour préserver son invincibilité dans sa nouvelle antre, Lyon s’en remet ce 14 septembre contre un Dinamo Zagreb bien faiblard à un petit quadruplé d’Alexandre Lacazette (4-1). Celui-ci se permet même le luxe de manquer un penalty, comme un clin d’œil volontaire aux trolls minimisant son début de saison.



L’ambiance est tout autre quinze jours plus tard à Séville. Traumatisé par son revers (1-0) en janvier dans son seul derby en tant que coach, Bruno Genesio surprend tout le monde en alignant une équipe mixte face au vainqueur des trois dernières Ligues Europa. Et oui, le match de la semaine reste pour lui la réception des Verts le dimanche 2 octobre. Porté par le prometteur Houssem Aouar, l’OL n’est pas ridicule mais s’incline 4-2. Et oui, avec Jorge Sampaoli sur le banc andalou, un feu d’artifice offensif semblait écrit.

Au bon souvenir de Miralem Pjanic en octobre

Finalement, cet OL-Juventus Turin du 18 octobre est la plus grande affiche européenne vécue à Lyon depuis… un OL-Juve (0-1) d'avril 2014 en Ligue Europa. Anthony Lopes avait un peu côtoyé Miralem Pjanic à Tola Vologe avant le départ de ce dernier en 2011 à la Roma. Mais il ne peut que constater que ses coups de patte sur coups francs sont devenus dingues et limite « pirlesques ». Le Bosnien permet à la Juve d’accrocher le nul (1-1) après une ouverture du score de l’inévitable Lacazette. Avec quatre points à mi-parcours, Lyon égale déjà son total de la saison précédente.

Vous souvenez-vous de ce funeste 24 novembre 2015? Et oui, La Gantoise était carrément venue l'emporter à Gerland (1-2).
Vous souvenez-vous de ce funeste 24 novembre 2015? Et oui, La Gantoise était carrément venue l'emporter à Gerland (1-2). - PHILIPPE DESMAZES / AFP

Cette fois, le miracle de Zagreb a été avancé à novembre

Face à l’armada turinoise menée par Dybala et Higuain, inutile de vous expliquer pourquoi l’OL ne mise pas trop dans son tableau de marche sur un résultat, ce 2 novembre en Italie. Sergi Darder a beau imposer sa technique soyeuse au milieu du terrain et même ouvrir le score, Lyon ne tient pas la distance et s’incline 2-1 à Turin suite à une bourde de Nicolas Nkoulou. La qualif' passera forcément par six points lors des deux dernières journées.


Le Dinamo Zagreb restera à tout jamais le club ayant réussi, le 7 décembre 2011, à encaisser un quadruplé de Bafetimbi Gomis (1-7). Pareil exploit a forcément déclenché dans la foulée des suspicions de tricherie. Ah ce fameux clindoeilgate… Ce 22 novembre, c’est Mathieu Valbuena [1 but depuis l’été 2015 avec l’OL] qui se fait plaisir en Croatie avec un petit triplé, sans forcer (0-5). Les supporters lyonnais prennent goût à ce principe d’une volée tous les cinq ans près de l’Adriatique.

Pour tous les supporters lyonnais, Zagreb renvoie au 7-1 de 2011 et au quadruplé de Gomis. Un large succès alors synonyme de qualification et de piteuse élimination en 8es de C1 face à Nicosie.
Pour tous les supporters lyonnais, Zagreb renvoie au 7-1 de 2011 et au quadruplé de Gomis. Un large succès alors synonyme de qualification et de piteuse élimination en 8es de C1 face à Nicosie. - Darko Bandic/AP/SIPA

Un finish à couper le souffle en décembre face à Séville

En cette veille de Fête des Lumières, ce 7 décembre, le Parc OL est prêt à exploser comme jamais. L’objectif est clair pour les Lyonnais : remonter le 4-2 subi à l’aller, les deux équipes ayant pour le reste eu un parcours quasi-similaire dans leur quête de deuxième place. Le Virage Nord n’hésite pas à jouer la carte de l’intox en encourageant les Sévillans à viser une quatrième Ligue Europa de rang, par le biais de la troisième place du groupe.


Vexé que son ancien partenaire Alexandre Lacazette ne sache toujours pas prononcer correctement son nom de famille, Timothée Kolodziejczak se fend d’une grosse semelle sur l’international tricolore. Directement expulsé, le défenseur central sévillan met son équipe en galère, d’autant que l’apôtre de l’attaque à tout va Jorge Sampaoli ne le remplace pas. Bruno Genesio ne se démonte pas, alignant un quatuor Cornet-Valbuena-Fekir-Lacazette.

A 3-1 à la mi-temps avec un récital d'un Fekir retrouvé, Jean-Michel Aulas fait tout son possible pour aborder Wissam Ben Yedder et lui faire une 39e proposition de contrat en vue du mercato hivernal. Les Espagnols n’apprécient guère la méthode. Dans les arrêts de jeu, à 5-2 pour l’OL suite à une tête de Tolisso synonyme de 8es de finale, Ben Yedder surgit pour crucifier Lopes (5-3). Il dévoile un tee-shirt « Merci coach Dupraz » et expédie l’OL en Ligue Europa. Plutôt crédible tout ça, non ?