Villefranche-sur-Saône: Une auto-école en partie réservée aux femmes crée la polémique

SOCIÉTÉ Le député-maire de Villefranche-sur-Saône Bernard Perrut a même pris position ce jeudi…

Jérémy Laugier

— 

Photo d'illustration d'une leçon de code dans une auto-école.
Photo d'illustration d'une leçon de code dans une auto-école. — LCHAM/SIPA

Le lieu n’a pas encore ouvert mais il est déjà au cœur d’une grosse polémique. Une auto-école de Villefranche-sur-Saône (Rhône), qui doit voir le jour le 22 août, va être la première en France à proposer deux salles : une ouverte à tous, et l’autre pouvant être réservée aux femmes.

 

« Je suis commerçante, je suis là pour faire du chiffre et répondre à la demande que m’ont faite beaucoup de femmes, pas seulement musulmanes », a expliqué au Progrès la gérante de l’auto-école, Sarah Bakar, qui rejette les accusations de prosélytisme. Il n’empêche que le sujet commence à déchaîner Twitter depuis quelques jours.

Bernard Perrut :   Toute auto-école doit respecter des règles »

S i bien que Bernard Perrut, député-maire républicain de Villefranche-sur-Saône, a tenu à réagir ce jeudi. Celui-ci a notamment rappelé via le réseau social que « toute auto-école obtient un agrément du Préfet et doit respecter des règles ».

 

« Surpris et choqué » par une telle initiative, il a multiplié les tweets avec le même message : « Villefranche réaffirme sa fermeté et son opposition à tout accueil distinct des hommes et femmes dans les lieux publics ». Bernard Perrut considère donc cette nouvelle auto-école privée comme un lieu public. Tout semble réuni pour que le ton monte d’ici lundi prochain à Villefranche-sur-Saône.