Rhône-Alpes: La fréquentation touristique en baisse, les professionnels gardent le sourire

TOURISME Rhône-Alpes tourisme a dévoilé ce jeudi les résultats de son baromètre du tourisme…

Elisa Frisullo
— 
Au lac des Sapins,à Cublize, à une heure de Lyon.
Au lac des Sapins,à Cublize, à une heure de Lyon. — Philippe Desmazes afp.com

L’été est loin d’être achevé. Mais déjà les professionnels du tourisme affichent une certaine sérénité quant à la saison estivale, dont les premières semaines ont été marquées par une météo bien peu clémente et l’attentat survenu à Nice le 14 juillet.

En dépit de ce contexte morose, 64 % des 800 professionnels interrogés par Rhône-Alpes Tourisme dans le cadre de son dernier baromètre estiment que la fréquentation au sein de leurs établissements a été bonne ou très bonne. En ville, ce taux grimpe à 74 % et atteint les 60 % en montagne.

Des clients français surtout et des touristes étrangers fidèles à la région

Les professionnels gardent un niveau de satisfaction similaire à celui de l’été 2015, et ce malgré une baisse de la fréquentation observée par la majorité d’entre eux. « La fidélité de la clientèle est fréquemment évoquée comme motif de satisfaction », détaille Rhône-Alpes Tourisme. Ainsi, 80 % des personnes interrogées indiquent une fréquentation en baisse ou stable par rapport à l’an passé, avec un taux d’occupation moyen des hébergements de 55 %.

Comme les années précédentes, la clientèle française est la plus nombreuse à venir séjourner en Rhône-Alpes, avec une forte présence des touristes d’Auvergne Rhône-Alpes, d’Ile-de-France et du Nord-Pas-de-Calais.

L’Euro a un impact modéré

« La fréquentation de la clientèle étrangère n’a pas été fortement impactée par les attentats », ajoute l’observatoire du tourisme. Les Belges, Hollandais et Britanniques, fidèles visiteurs de la région, ont une fois encore fait acte de présence, en Rhône-Alpes, où finalement l’Euro 2016 et le Tour de France n’ont pas massivement pesé dans le bilan touristique.

Le Tour de France a eu un impact positif sur les réservations, estiment 20 % des professionnels, et seulement 17 % jugent que l’Euro a eu des retombées positives.