Lyon: Tout comprendre de l'autoroute A45 en quatre questions

TRANSPORTS Les élus régionaux doivent se prononcer jeudi sur la proposition de Laurent Wauquiez, à savoir financer l’infrastructure qui relierait Lyon à Saint-Etienne, à hauteur de 140 millions d’euros…

Caroline Girardon

— 

Illustration autoroute
Illustration autoroute — G. VARELA /20 MINUTES

Une seconde autoroute entre Lyon et Saint-Etienne, vieux serpent de mer, va-t-elle enfin voir le jour ?  Laurent Wauquiez, le président (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes a remis le dossier sur la table. Les élus de la région devront d’ailleurs se prononcer sur le sujet jeudi lors d’une assemblée plénière. A deux jours du débat, 20 Minutes fait le point sur le dossier.

  • L’A45 est-elle nécessaire ?

Actuellement les villes de Lyon et Saint-Etienne sont reliées par l’autoroute A47. Une infrastructure sinueuse, réputée dangereuse. Limitée à deux fois deux voies, elle est généralement rapidement saturée. Sans parler de l’absence de terre-plein central et de bande d’arrêt d’urgence.

Mais la réalisation de l’A45, qui partirait de la Fouillouse (au nord de Saint-Etienne) pour rejoindre Brignais (au Sud de Lyon), divise profondément. 500 hectares de vergers et des terres agricoles situés sur les coteaux du Jarez et les monts du Lyonnais risquent d’être détruits. Les opposants au projet, qui redoutent « une catastrophe économique et écologique », plaident pour la réhabilitation de l’autoroute actuelle.

>> A lire aussi : Lyon : Vinci chargé de construire la future A45 entre Lyon et Saint-Etienne

Selon eux, l’A45, qui sera payante (5 euros), ne règlera pas les embouteillages à l’arrivée de Lyon. Débouchant sur la voie rapide de Brignais, elle pourrait créer un engorgement à cette entrée-là de l’agglomération.

Quant aux poids lourds, peu désireux de payer un péage, ils pourraient rester sur l’A47 gratuite. C’est « 30 % de gaz à effet de serre en plus », prédit l’association Alcaly.

  • Combien coûterait le projet ?

A en croire les études commandées par Laurent Wauquiez, la rénovation de l’A47 coûterait un milliard d’euros contre 1,2 milliard pour la construction de l’A45. Mais surtout elle prendrait plus de temps. La mise en service de l’A47 n’interviendrait « pas avant 2031-35, contre 2020 pour l’A45 », selon le président de la région, parlant de « contraintes quasi insurmontables ».

  • Qui finance ?

L’état a validé sa participation : 395 millions d’euros. Le département de la Loire et la ville de Saint-Etienne ont toutes deux accepté de débourser 131 millions d’euros. Laurent Wauquiez s’est lui aussi engagé à mettre 140 millions d’euros sur la table.

Cela représenterait presque 800 millions d’euros d’argent public. Le reste serait à la charge de Vinci, le concessionnaire. A ce jour, les collectivités du Rhône ne participent pas au financement.

  • A qui profitera le projet ?

Selon les décideurs économiques et les élus du département de la Loire, la construction d’une nouvelle autoroute, dont la mise en service est prévue en 2022, permettrait de désenclaver la cité stéphanoise, et d’inciter davantage les entrepreneurs à s’y installer. Un moindre mal puisque Saint-Etienne, ancien fleuron industriel des années 70, est à la recherche d’un nouveau souffle.

>> A lire aussi : A45 Lyon-Saint-Etienne: Les acteurs économiques rappellent l'urgence de ce projet

Quant au maire de Lyon, il reste prudent sur le sujet, réclamant un contournement à l’entrée de Lyon pour ne pas rajouter d’embouteillages supplémentaires.