Ain: Elle tue son compagnon et garde son cadavre chez eux pendant des jours

FAITS DIVERS La jeune femme et un ami du couple ont été placés en détention provisoire...

E.F.

— 

Un véhicule de police (illustration).
Un véhicule de police (illustration). — F.Brenon/20Minutes

Difficile de dire ce qui lui a traversé l’esprit et comment elle pensait mettre fin à cette sordide histoire. Vendredi, une femme de 39 ans a été interpellée à Bourg-en-Bresse, dans l’Ain, peu après la découverte du corps de son amant, retrouvé à leur domicile, rue Amédée-Mercier. Alertés par des voisins de ce couple de marginaux, très portés sur la boisson selon les témoignages, les services de secours ont découvert le cadavre de ce quinquagénaire en état de décomposition avancé, gisant sous un drap, dans un lit.

L’homme, qui portait plusieurs traces de coupures sur le corps, serait décédé de coups à la gorge portés à l’arme blanche, relate ce mardi Le Progrès. Très rapidement, les soupçons des enquêteurs se sont portés sur la compagne du défunt, âgée de 39 ans, hébergée dans cet appartement depuis plusieurs mois, et sur un copain du couple, âgé de 51 ans.

La pièce calfeutrée pour éviter les mauvaises odeurs

Le trio passait la plupart de ses soirées à s’alcooliser dans le logement, musique à fond, après avoir zoné aux abords d’une galerie commerciale du secteur. C’est sans doute au cours de l’une de leurs soirées de beuverie, souvent teintée de violence, que la situation aurait tourné au drame.

Sur fond de séparation, la trentenaire, qui refusait visiblement de quitter l’appartement pour ne pas se retrouver à la rue, aurait asséné le coup fatal. Présent lors du meurtre, leur camarade de soirée l’aurait alors aidée à nettoyer la chambre pleine de sang et à calfeutrer la pièce pour éviter que les voisins ne soient alertés par l’odeur de putréfaction. Le corps serait ainsi resté caché pendant huit à dix jours selon les premières constatations médico-légales.

La jeune femme, mise en examen pour meurtre, a été écrouée dimanche soir. Le quinquagénaire, accusé de non-assistance à personne en danger et de non-dénonciation de crime, a également été placé en détention provisoire.