Wauquiez prêt à sortir 140 millions d'euros pour réaliser l'A45

POLITIQUE Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes s'est engagé à apporter 140 millions d'euros pour financer la nouvelle autoroute contestée devant relier Lyon à Saint-Etienne...

C.G. avec AFP

— 

Laurent Wauquiez à Lyon le 4 janvier 2016
Laurent Wauquiez à Lyon le 4 janvier 2016 — Bony/SIPA

Le président de la région Auvergne-Rhône-AlpesLaurent Wauquiez s’est engagé à apporter 140 millions d’euros pour financer la nouvelle autoroute contestée devant relier Lyon à Saint-Etienne, dans la Loire.

Elle décaissera « la totalité de sa part financière tout de suite », a indiqué l’élu au quotidien régional Le Progrès ce dimanche.

L’autoroute actuelle, l’A47, étroite et sinueuse, emprunte la vallée industrielle du Gier pour rejoindre le sud de l’agglomération lyonnaise. L’A45, elle, aurait un trajet plus direct, qui lui ferait traverser les zones encore largement rurales des Monts du Lyonnais pour retrouver Lyon par l’ouest.

Laurent Wauquiez est partisan de longue date de la nouvelle infrastructure mais s’était engagé pendant la campagne des régionales à étudier le scénario alternatif d’une remise à niveau de l’autoroute existante.

Réhabiliter l’A47 : presque aussi cher que de construire l’A45

Les résultats de cette étude, lancée mi-avril et tout juste bouclée, sont « sans ambiguïté », a relevé l’élu Les Républicains. « Réhabiliter l’A47 coûte cher. Un milliard d’euros, contre 1,2 milliard pour la construction de l’A45. Et elle mettrait plus de temps. La mise en service n’interviendrait pas avant 2031-35, contre 2020 pour l’A45 », argumente le président de région. Et d’ajouter : « Les contraintes seraient quasi insurmontables ».

>> A lire aussi : A45 Lyon-Saint-Etienne: Les acteurs économiques rappellent l'urgence de ce projet

L’équilibre économique du projet A45 passe par des subventions des collectivités locales de 422 millions d’euros, payées par tiers par la région, le département de la Loire et l’agglomération de Saint-Etienne.

Les élus régionaux seront amenés à se prononcer sur cette décision le 7 juillet.