La ville d'Annecy s'apprête à manger ses voisines

FUSION Les conseils municipaux d'Annecy et de cinq communes avoisinantes ont voté lundi la fusion de leurs collectivités...

C.G. avec AFP

— 

A Annecy, en Haute Savoie.
A Annecy, en Haute Savoie. — X. Vila/ Sipa

Elle va passer de 14 kilomètres carrés à 70. Soit cinq fois plus que sa superficie actuelle. La ville d’Annecy s’apprête donc à repousser ses frontières puisque le 1er janvier 2017, elle fusionnera avec cinq communes avoisinantes.

Le principe a été entériné lundi soir par les conseils municipaux des villes concernées, à savoir Annecy-le-Vieux, Cran-Gevrier, Meythet, Pringy et Seynod.

Elles formeront ainsi une nouvelle ville de 122.000 habitants contre 54.000 aujourd’hui. Il s’agit de la plus grosse fusion à ce jour en nombre d’habitants, devant l’agglomération de Cherbourg (82.000 habitants) réunie début 2016.

La fusion a notamment été motivée par la volonté de conserver « un bon niveau de services publics sans augmenter la pression fiscale », selon Jean-Luc Rigaut, maire (UDI) d’Annecy.

Contrer les baisses des dotations

Avec la baisse des dotations de l’État, les communes sont en effet obligées de couper dans leur budget ou d’augmenter les impôts. En permettant aux collectivités de mutualiser certains services (ressources humaines, finances, informatique, etc.), la fusion est vue comme une source d’économies budgétaires.

L’actuel maire d’Annecy est pressenti pour prendre la tête de la commune nouvelle. Reste à déterminer son nom. Dans une consultation des habitants, « Annecy » est arrivé en tête avec 41,9 % des suffrages, devant « Annecy-le-Grand » (22,6 %) et « Annecy-le-Lac » (7,1 %).