Lyon: La perpétuité requise contre les tortionnaires d'un étudiant

JUSTICE Trois jeunes, âgés de 22 à 24 ans aujourd'hui, avaient frappé sans raison l'étudiant, le laissant pour mort...

C.G.

— 

Lyon, le 24 février 2016
Illustration de la Cour d'Assises du Rhône et de l'ancien Palais de justice de Lyon.
Lyon, le 24 février 2016 Illustration de la Cour d'Assises du Rhône et de l'ancien Palais de justice de Lyon. —

Des réquisitions jugées « caricaturales » par les avocats de la défense. L’avocat général de la cour d’assises de Lyon a demandé jeudi la perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de 18 ans à l’encontre des trois agresseurs d’un étudiant.

Il avait été laissé pour mort un soir de novembre 2013 après avoir croisé la route de ses tortionnaires à la gare de Vénissieux. Sans raison, le jeune homme avait été giflé puis frappé à la tête par plusieurs coups de marteau, avant que le trio ne tente de lui soutirer le code de sa carte bleue.

Traîné dans les rues pendant quatre heures

Son calvaire avait duré plus de quatre heures. Traîné dans les rues de la ville par les trois complices cherchant un distributeur d’argent, le jeune homme avait été encore frappé sur tout le corps. Ce qui lui a valu de perdre un œil et de rester six jours dans le coma.

Poursuivis dans un premier temps pour acte de torture et de barbarie, les trois accusés, âgés de 22 à 24 ans, avaient été ensuite mis en examen pour tentative de meurtre, un crime normalement passible de trente ans de prison. Dans le cas présent, les chefs d’accusation étaient aggravés de « vol avec arme ». Ce qui a permis à l’avocat général requérir la réclusion criminelle à perpétuité.

Le verdict est attendu vendredi après-midi.