Venissieux: Racketté, un écolier de 10 ans poignarde un autre enfant de 12 ans

FAITS DIVERS Les jours du garçon ne sont plus menacés ...

E.F.

— 

Le groupe scolaire Anatole-France, à Vénissieux (illustration).
Le groupe scolaire Anatole-France, à Vénissieux (illustration). — Google Street View

Une histoire de racket présumé a tourné au drame ce mercredi matin à Vénissieux, près de Lyon. Vers 8 h 30, un élève de 12 ans a été grièvement blessé devant l’école élémentaire Anatole-France située rue de la Division Leclerc aux Minguettes, poignardé par un écolier de 10 ans scolarisé en CM2, dans la même classe.

L’agresseur présumé racketté ?

La jeune victime a été transportée à l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron. Un temps engagé, son pronostic vital ne l’était plus ce mercredi après-midi.

Les faits se sont déroulés vers 8 h 30, alors que la victime aurait menacé un écolier de 10 ans qu’il tentait de racketter. « Ce dernier se serait alors défendu avec un objet pointu », ajoute cette source confirmant une information révélée par Radio Scoop.

L’agresseur présumé, qui aurait fait usage d’un couteau de cuisine sous les yeux d’autres écoliers, a été arrêté et, comme le prévoit la loi, il a été placé en rétention. Il doit être entendu par les hommes de la Brigade de la protection de la famille, chargés de l’enquête de flagrance ouverte pour « tentative d’homicide », précise une source proche du dossier à 20 Minutes.

La maire de Vénissieux interpelle la ministre de l’Education

Selon la maire PCF de Vénissieux, qui s’est rendue ce mercredi matin au sein de l’établissement scolaire, « ces deux élèves n’étaient pas spécialement connus pour des faits de violences ou de racket. Ils ont réglé les choses entre eux et la seule réponse a été la violence. Cela veut dire que la collectivité a échoué et cela me met en colère », a expliqué à l’AFP Michèle Picard.

L’édile a interpellé la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, dans une lettre, pour réclamer des mesures collectives de prévention.