Euro: La fan-zone de Saint-Etienne fermée à cause de la grève des éboueurs ?

FOOTBALL La ville de Saint-Etienne pourrait être dans l'impossibilité d'ouvrir à temps la fan-zone prévue dans le cadre de l'Euro de football, à cause de la grève des éboueurs...

C.G. avec AFP

— 

Illustration de grève de éboueurs.
Illustration de grève de éboueurs. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Les supporters de football pourront-ils accéder à la fan-zone de Saint-Etienne ? Rien n’est moins sûr. La ville pourrait ne pas ouvrir l’enceinte, censée accueillir 20.000 personnes le soir de grande affluence… en raison d’une grève des éboueurs qui dure depuis huit jours !

Le blocage de l’entrée et sortie des véhicules et de certains équipements du Centre technique municipal, ainsi que la grève d’agents de certains corps de métiers retardent la mise en place de la fan-zone et du fan village, confirme le cabinet du maire.

>> A lire aussi : Saint-Etienne: La municipalité tente d'enrayer la grève des éboueurs à quelques jours de l'Euro

« L’ouverture des espaces d’accueil de l’Euro est fortement menacée, ce qui m’oblige à informer le ministre de l’Intérieur de l’obligation désormais manifeste de ne pas les ouvrir », a expliqué Gaël Perdriau, le maire de la ville dans un communiqué.

Le premier match de l’Euro 2016 à Saint-Etienne, Portugal-Islande, se tiendra mardi prochain. La fan-zone est installée parc François-Mitterrand, à 500 mètres de la gare principale de la ville, sur l’axe qui mène au stade Geoffroy-Guichard. Elle devait normalement être inaugurée vendredi à 17h.

Gaël Perdriau a demandé au préfet de la Loire, Evence Richard, « la réquisition des équipes et véhicules de collecte des ordures ménagères pour permettre une reprise d’activité de ce service le plus rapidement possible ». Depuis samedi, il fait appel à un prestataire extérieur pour intervenir dans le centre de Saint-Etienne afin d’y enlever une partie des ordures ménagères accumulées.

« Il y a un risque sanitaire que je ne peux pas accepter », a répété l’élu mercredi matin, au lendemain de trois nouvelles heures de négociations infructueuses avec les représentants des grévistes.

Au plan judiciaire, le premier magistrat a saisi en référé le tribunal administratif de Lyon qui devait examiner ce mercredi matin un recours pour « atteinte à la liberté du travail » qui vise trois représentants de la CGT.