Villeurbanne: Najat Vallaud-Belkacem officialise son souhait d'être candidate aux Législatives dans la 6e circonscription du Rhône

POLITIQUE La ministre de l'Education l'a confirmé ce dimanche sur «France 3»...

E.F. avec AFP

— 

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, le 11 mai 2016, à l'Elysée.
La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, le 11 mai 2016, à l'Elysée. — SIPA

C'était devenu un secret de polichinelle. La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a confirmé dimanche sur France 3 son souhait d'être candidate à Villeurbanne (Rhône) aux élections législatives de juin 2017, officialisant ainsi des voeux déjà évoqués dans les colonnes de Paris-Match en septembre dernier.

«Oui, je le souhaite (ndlr: d'être candidate) si les militants en décident ainsi», a répondu la ministre dans l'émission politique «12/13 dimanche», interrogée sur sa volonté de se présenter à la prochaine députation. «Il y a des modalités de désignation au sein du PS qui sont très claires. Mais je le souhaite. C'est là que je suis en effet installée et ancrée et que je mène mes combats politiques», a-t-elle souligné.

Najat Vallaud-Belkacem pourrait donc briguer la succession de Pascale Crozon, la députée PS de la 6e circonscription du Rhône, qui ne se représentera pas et qui soutient la ministre de l'Eductaion dans cette perspective. Au même titre que Jean-Paul Bret, maire socialiste de Villeurbanne depuis 2001.

>> A lire aussi : Villeurbanne: Pascale Crozon serait «heureuse» que Najat Vallaud-Belkacem puisse lui succéder

Bien connue dans la Métropole

En outre, l'ancienne ministre des Droits des femmes et ex-porte-parole du gouvernement est loin d'être une inconnue dans le paysage politique local. Najat Vallaud-BelKacem, 38 ans, qui a fait l'acquisition d'un appartement à Villeurbanne en 2014, a débuté en 2004 comme conseillère régionale en Rhône-Alpes avant de devenir conseillère générale du canton de Monchat (Rhône) puis, en 2008, conseillère municipale à Lyon et adjointe au sénateur-maire PS de la ville, Gérard Collomb.

Seul point noir dans son ascension politique lyonnaise, son échec aux législatives de 2007 dans la 4e circonscription, très favorable à la droite, face à l'ancien ministre des Transports UMP Dominique Perben.