Migrants: Le maire de Roanne ne sera pas poursuivi pour ses propos

SOCIETE Yves Nicolin, maire de Roanne, avait annoncé en septembre qu’il ne souhaitait accueillir que les réfugiés chrétiens sur sa commune…

C.G.

— 

Le député UMP et président de L'Agence française de l'adoption Yves Nicolin, le 7 novembre 2007 à Paris.
Le député UMP et président de L'Agence française de l'adoption Yves Nicolin, le 7 novembre 2007 à Paris. — HERMINIE PHILIPPE/AFP

Il n’y aura pas de procès. Yves Nicolin, maire de droite de Roanne, ne sera pas poursuivi pour ses propos sur les migrants. Le paquet de Villefranche-sur-Saône a rendu sa décision le 26 mai, déboutant ainsi l’association SOS Racisme qui avait saisi la justice.

Le procureur a donc classé la plainte sans suite, l’infraction de « provocation à la discrimination raciale » ne lui semblant pas « suffisamment caractérisée ».

En septembre dernier, Yves Nicolin avait annoncé qu’il acceptait d’accueillir des réfugiés sur sa commune mais à une condition : qu’ils soient chrétiens.

>> A lire aussi : Rassemblement contre la décision du maire de n'accueillir que des chrétiens

« Il n’est pas question de dire, je ne veux que les chrétiens ou que les musulmans. C’est une question de sécurité », avait alors expliqué l’élu à 20 Minutes. Et d’ajouter : « Après parmi les musulmans, évidemment qu’il n’y a qu’une infime minorité de terroristes, mais c’est plus difficile de faire la part des choses. Il faut des enquêtes, cela prend du temps et aujourd’hui on nous demande de répondre dans l’urgence ».

A l’époque, le préfet de la Loire s’était aussi offusqué de ses propos, « estimant que l’accueil des réfugiés ne saurait se faire sur une base discriminante, basée par exemple sur la religion ».