Lyon-Wolfsburg: Les OL Ang'Elles aux anges en Italie

FOOTBALL FEMININ Environ 100 supporters sont partis en cars assister au sacre européen de l'OL, jeudi à Reggio Emilia avec le groupe lyonnais OL Ang'Elles...

Jérémy Laugier

— 

Les supporters lyonnais ont su se faire entendre jeudi dans le stade de Reggio Emilia.
Les supporters lyonnais ont su se faire entendre jeudi dans le stade de Reggio Emilia. — Jérémy Laugier/20 Minutes

De notre envoyé spécial à Reggio Emilia (Italie)

Eux aussi étaient impatients de revivre une finale de Ligue des champions, trois ans après la dernière à Stamford Bridge [défaite 0-1 face à Wolfsburg]. Premier club de supporters de football féminin en France avec 257 adhérents, les OL Ang’Elles ont permis à environ 100 amateurs de l’OL d’assister jeudi à cette revanche contre les Allemandes à Reggio Emilia (Italie). Avec 18 heures de trajet au total en plus d’un jour de congé posé ou de cours manqués, ceux-ci ont montré leur motivation pour un sport ayant globalement le vent en poupe.

Dans les deux cars mobilisés par l’association pour ce grand rendez-vous européen, on pouvait notamment trouver deux sœurs de l’attaquante lyonnaise Eugénie Le Sommer, des supporters venus de Toulouse et Rodez, ou encore une famille réunissant trois générations. « Nous avons assisté au quart de finale au Parc OL contre le Slavia Prague (9-1) et on s’est dit qu’on irait les suivre en Italie si elles se qualifiaient en finale », explique le Décinois Sylvain Duverger, venu avec ses parents, sa fille Valentine (11 ans) et Mélanie, la coach de celle-ci au Chassieu-Décines FC.

>> A lire aussi: Les OL Ang'Elles à la conquête du Canada

La famille Duverger n'a pas regretté son long déplacement à Reggio Emilia.
La famille Duverger n'a pas regretté son long déplacement à Reggio Emilia. - Jérémy Laugier/20 Minutes

« Cette discipline est plus abordable dans tous les sens du terme »

« Même s’il y a moins d’ambiance et moins de vitesse, il m’arrive de prendre plus de plaisir lors d’un match des féminines qu’à une rencontre des garçons », annonce Sylvain, qui n’a donc pas regretté son interminable voyage, au vu du match épique remporté aux tirs au but par les Lyonnaises (1-1, 4-3 aux tirs au but) face à Wolfsburg jeudi. Maquillé aux couleurs de la France, Olivier Naquin a même fait le choix de délaisser le football masculin pour suivre pleinement les Fenottes.

« J’aime bien cette proximité entre le public et les joueuses et cette ambiance bon enfant, sans insultes, un peu comme dans le rugby. En fait, cette discipline est plus abordable dans tous les sens du terme, y compris au niveau des tarifs », explique ce Lyonnais. L’UEFA a par exemple fixé les prix des billets de la finale de Ligue des champions à 5 ou 10 euros, à des années-lumière des tarifs [entre 70 et 440 euros] pour le Real-Atletico deux jours plus tard à Milan.

Les OL Ang'Elles ont passé la journée dans le centre-ville de Reggio Emilia avant de rejoindre le stade en milieu d'après-midi jeudi.
Les OL Ang'Elles ont passé la journée dans le centre-ville de Reggio Emilia avant de rejoindre le stade en milieu d'après-midi jeudi. - Jérémy Laugier/20 Minutes

Le champagne débouchonné sur la première aire d’autoroute jeudi soir

« Nous sommes bien accueillis dans toute l’Europe », apprécie aussi le trésorier de cette association née en 2011 Fabien Carion, qui parcourt chaque saison près de 15.000 km pour suivre la bande à Camille Abily. Preuve en est, l’un des membres actifs des OL Ang’Elles Willy Pasche a eu plaisir à retrouver à Reggio Emilia une supportrice du Slavia Prague avec qui il avait sympathisé à l’occasion du quart de finale entre Lyon et les Tchèques. Dans la tribune jeudi soir, il a même passé un moment avec la maman de l’attaquante norvégienne Ada Hegerberg, auteur du but lyonnais en finale.

Le football féminin est (encore) un petit monde dans lequel les fidèles passionnés de l’OL sont ravis de participer à l’intégralité des déplacements de leurs joueuses, même si les deux cars remplis de jeudi sont traditionnellement remplacés par deux J9. L’ultime rendez-vous de la saison a été éreintant, la ola et le traditionnel Ahou ayant laissé place en fin de match à l’angoisse d’un retour morose vers la France dans la nuit. La séance de tirs au but (enfin) heureuse a permis à ces supporters de chanter et de déboucher le champagne sur la première aire d’autoroute. Le retour au travail de certains ce vendredi, quelques minutes après l’arrivée des cars à 8 heures à Gerland, s’est fait le cœur léger.

Environ 200 supporters lyonnais au total ont fêté comme il se doit le troisième sacre européen de l'OL, au bout du suspense.
Environ 200 supporters lyonnais au total ont fêté comme il se doit le troisième sacre européen de l'OL, au bout du suspense. - Jérémy Laugier/20 Minutes