OL-Wolfsburg: «Si je n’ai pas d’émotions là, il faut que j’aille voir mon psy», balance Gérard Prêcheur

FOOTBALL FEMININ Le coach lyonnais a mis un peu de temps avant de savourer à sa juste valeur sa première Ligue des champions, jeudi soir à Reggio Emilia…

Jérémy Laugier

— 

Gérard Prêcheur, jeudi avant le coup d'envoi de la finale de Ligue des champions à Reggio Emilia.
Gérard Prêcheur, jeudi avant le coup d'envoi de la finale de Ligue des champions à Reggio Emilia. — GIUSEPPE CACACE / AFP

De notre envoyé spécial à Reggio Emilia (Italie)

Gérard Prêcheur s’est présenté devant la presse jeudi soir avec quelques paillettes sur son visage, après la cérémonie de remise de la Ligue des champions. Pour autant, le coach lyonnais a mis quelques secondes à se lâcher et à quitter son analyse tactique pure et dure après le succès face à Wolfsburg (1-1, 4-3 aux tirs au but).

« Nous avons été costauds dans notre organisation défensive, ce qui n’est pourtant pas notre point fort. Face à une équipe de Wolfsburg qui joue quasiment avec quatre attaquantes, c’est une grosse satisfaction », a ainsi spontanément remarqué le technicien de l’OL après son premier sacre européen.

>> A lire aussi: Comment les Lyonnaises ont enfin vaincu la malédiction des tirs au but

Gérard Prêcheur : « Je vais avoir 57 balais »

Il a ensuite accepté d’évoquer son émotion ayant suivi le tir au but de la victoire inscrit par Saki Kumagai. « On n’est pas des robots. Je garde ma carapace car j’ai vécu une saison difficile, même si je ne peux pas tout vous raconter. Mais si je n’ai pas d’émotions là, il faut que j’aille voir mon psy », s’est amusé Gérard Prêcheur, enfin relâché.

Enfin, pas au point de le voir tenter de concurrencer Joël Bats ou JMA en personne lors de la fête de la section féminine samedi et dimanche à Saint-Tropez. « Ce n’est pas trop mon truc », reconnaît l’ancien directeur de l’INF de Clairefontaine, quelque peu marqué à un an de la fin de son contrat. « Je vais avoir 57 balais. Tout le monde dit que je suis une force de la nature mais je ne suis pas si costaud que ça », constate Gérard Prêcheur, qui tient à savourer tranquillement son premier triplé à Lyon.

>> A lire aussi: Lyon va piller le PSG mais va devoir renoncer à Alex Morgan