Savoie: Le domicile de l'avocat Bernard Ripert cambriolé

FAITS DIVERS L' avocat d'Action Directe dénonce un «acte d'intimidation»...

E.F.

— 

Bernard Ripert, avocat du barreau de Grenoble
Bernard Ripert, avocat du barreau de Grenoble — J. Pachoud / AFP

Une semaine difficile pour Bernard Ripert. A peine sorti de l’hôpital psychiatrique où il avait été interné d’office lundi soir, l’avocat d'Action Directe a constaté qu’il avait été cambriolé. A sa sortie de l’établissement hospitalier, mercredi soir, l'homme de loi est allé dîner avec son épouse.

A leur retour chez eux à Détrier, en Savoie, ils ont remarqué que la porte avait été fracturée mais que rien ne leur avait été volé. La gendarmerie est intervenue le soir-même pour procéder aux constatations. « Un acte d’intimidation », selon l’avocat qui s’est confié ce jeudi au Dauphiné Libéré.

Placé en garde à vue lundi

Lundi, Me Ripert avait été interpellé et placé en garde à vue à Grenoble pour des faits d'« intimidation envers un magistrat ». Il avait été hospitalisé pour un problème d’hypertension durant sa garde à vue et une expertise psychiatrique avait conclu que son état justifiait « une hospitalisation sous contrainte », selon le parquet. Son internement, qui a pris fin mercredi, avait suscité une vague d’indignation à Grenoble, où 150 avocats s’étaient réunis devant le Palais de justice pour le soutenir mardi midi.

>> A lire aussi : Grenoble : Bernard Ripert, l'avocat d'Action directe, interné d'office en psychiatrie

Coutumier des coups d’éclat, l’avocat a été condamné à trois reprises à des sanctions disciplinaires. En 2013, il avait été suspendu pendant un an pour avoir qualifié une avocate de « roquet » et dit d’un président de cour d’assises qu’il avait « triché » et « menti ».

Suspendu provisoirement dans le cadre de nouvelles poursuites disciplinaires, Bernard Ripert doit être jugé le 2 juin par la cour d’appel.