« Ne pas laisser le crétinisme dominer »

Recueilli par Frédéric Crouzet - ©2007 20 minutes

— 

Philippe Meirieu

Pédagogue, directeur de Cap Canal.

Vous sortez un nouveau livre Une autre télévision est possible aux éditions Chronique Sociale. Quelle est votre télévision idéale ?

Une télévision qui sache distraire sans ennuyer, passionner à partir des grandes questions de société. Je voudrais qu'elle donne la passion de débattre même en dehors des périodes de campagne électorale, qu'elle surprenne par d'autres choses que le jeu de chaises musicales des présentateurs à chaque rentrée.

Pourquoi Cap Canal va-t-elle faire appel aux lycéens pour créer cette « autre télévision » ?

C'est un concours d'idées. Nous leur demandons d'imaginer de nouvelles formules originales d'émissions sur des questions qui les intéressent. Des formules qui sortent de la routine des talk-shows, qui dynamitent les règles habituelles. Nous voulons montrer qu'on peut faire vraiment « une autre télévision » et que les jeunes peuvent nous y aider. Bien sûr, nous réaliserons les projets sélectionnés avec les gagnants.

Une autre télévision est-elle possible tant que règnent publicité et audimat ?

Il faudra bien réfléchir un peu sérieusement à cette question un jour. Le problème c'est qu'aujourd'hui la télévision est faite pour la publicité. Il faut inverser les choses en édictant des règles précises. Je voudrais que, comme dans certains pays, on interdise complètement la publicité un quart d'heure avant et après toutes les émissions à destination du jeune public.

Comment les enseignants doivent-ils utiliser la télévision en classe ?

Il faut d'abord arrêter de faire comme si elle n'existait pas ! Ensuite, je crois que l'on doit apprendre à décortiquer les images mais aussi à en fabriquer pour comprendre comment ça marche. Il faut comprendre que toute image est mise en scène et que rien n'est jamais vraiment « objectif ».

Comment éduquer les enfants à l'image alors qu'ils en sont saturés ?

On doit redécouvrir le regard volontaire et intentionnel contre le flux permanent qui scotche à l'écran. Il faut apprendre à ouvrir le poste au moment d'une émission que l'on a choisie, à le fermer à la fin et à en discuter ensuite. Les parents ont une responsabilité importante sur cette question.

Votre combat n'est-il pas illusoire quand les plus jeunes ont accès à un flot d'images sur Internet ?

Internet est un phénomène essentiel, mais la télévision reste une pratique très importante parce que collective et commune. La télévision est créatrice de lien social. C'est pourquoi il est d'autant plus important de ne pas y laisser dominer le crétinisme...