Lyon: Les fondateurs de Heetch font part de leur consternation après le viol d'une étudiante

FAITS DIVERS Un chauffeur travaillant pour le compte de la société a été interpellé pour viol dimanche…

20 Minutes avec AFP
— 
Le chauffeur a été interpellé dimanche matin à Lyon. (Illustration)
Le chauffeur a été interpellé dimanche matin à Lyon. (Illustration) — A. GELEBART / 20 MINUTES

Ils sont sous le choc. Les cofondateurs de Heetch, l’application concurrente de l’ex-UberPOP sur le créneau du transport entre particuliers, ont fait part de leur consternation mardi, après l’arrestation à Lyon d’un chauffeur de la plateforme pour viol présumé.

Soupçonné d’avoir violé une cliente de 19 ans dans la nuit de samedi à dimanche, un chauffeur amateur utilisant Heetch a été placé en garde à vue, avait indiqué lundi une source policière à l’AFP.

>> A lire aussi : Lyon: Un chauffeur illégal présenté au parquet pour le viol présumé d'une étudiante

« Nous avons été informés par les médias de l’agression dont aurait été victime une jeune femme, semble-t-il à l’occasion d’un trajet réalisé via notre plateforme. Nous sommes évidemment consternés », ont déclaré mardi dans un courriel adressé à l’AFP les deux dirigeants de la jeune pousse française, Teddy Pellerin et Mathieu Jacob.

Heetch devant la justice pour concurrence illégale

Ils précisent ne pas avoir été contactés par la police, ni par la victime présumée, et disent se tenir à la disposition des enquêteurs. « Il n’y a pas d’anonymat sur la plateforme Heetch : tous les membres de la communauté doivent renseigner leur identité au moment de leur inscription », soulignent-ils par ailleurs, ajoutant que les données relatives aux trajets sont « conservées sur les serveurs » et qu’un numéro d’appel est disponible 7j/7.

L’affaire arrive au mauvais moment pour les dirigeants de Heetch, qui doivent comparaître le 22 juin devant le tribunal correctionnel de Paris pour concurrence illégale avec les taxis. Dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte le 3 juillet 2015, plusieurs dizaines de chauffeurs utilisant Heetch ont été interrogées. Les deux dirigeants de Heetch ont été convoqués et placés en garde à vue le 19 janvier, selon une source judiciaire.

A cette occasion, M. Pellerin a fait valoir que Heetch « n’autorise pas le transport entre particuliers à titre onéreux et encore moins l’exercice illégal de la profession de taxi », et que « le partage des frais du véhicule entre passagers ne caractérise pas un transport à titre onéreux ».

Fondée en 2013, Heetch compte plus de 10.000 conducteurs occasionnels, 50.000 trajets hebdomadaires et revendique 300.000 utilisateurs. Contrairement à UberPOP, Heetch fonctionne seulement de 20 heures à 06 heures et limite les revenus des chauffeurs à 6 000 euros par an.