Pédophilie: Les victimes «déçues et consternées» par le soutien du pape à Barbarin

SCANDALE DANS L'EGLISE Dans une interview accordée à « La Croix », le souverain pontife a estimé que ce serait un « contresens » que l’archevêque de Lyon démissionne…

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 27 mai 2016. Bertrand Virieux, membre fondateur de la Parole Libérée et l'une des victimes présumées du Père Bernard Preynat qui officiait dans le diocèse de Lyon. Ce curé a été mis en examen en janvier 2016 pour agressions sexuelles sur des scouts de Sainte-Foy-les-Lyon.
Lyon, le 27 mai 2016. Bertrand Virieux, membre fondateur de la Parole Libérée et l'une des victimes présumées du Père Bernard Preynat qui officiait dans le diocèse de Lyon. Ce curé a été mis en examen en janvier 2016 pour agressions sexuelles sur des scouts de Sainte-Foy-les-Lyon. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Jusqu’alors, il ne s’était jamais exprimé sur l’affaire qui secoue depuis des mois le diocèse de Lyon. Dans une interview accordée lundi au journal La Croix, le pape a affiché son soutien au cardinal Barbarin, visé par plusieurs plaintes pour « non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans » et « non-assistance à personne en péril » dans deux affaires de pédophilie présumée. Plusieurs victimes lui reprochent d’avoir couvert deux prêtres en ayant eu connaissance de leurs agissements passés.

« D’après les éléments dont je dispose, je crois qu’à Lyon, le cardinal Barbarin a pris les mesures qui s’imposaient, qu’il a bien pris les choses en main. C’est un courageux, un créatif, un missionnaire. Nous devons maintenant attendre la suite de la procédure devant la justice civile », a indiqué le pape François estimant qu’une démission de l’archevêque de Lyon serait un « contresens ». « Ce serait.une imprudence. On verra après la conclusion du procès. Mais maintenant, ce serait se dire coupable », a ajouté le souverain pontife.

>> A lire aussi : Un prêtre, victime de pédophilie, épingle la manière dont le cardinal Barbarin gère les scandales

Des lettres envoyées au Pape restées lettre morte

Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir La Parole Libérée, l’association des victimes présumées du père Preynat, mis en examen fin janvier pour des agressions sexuelles présumées sur des scouts de Sainte-Foy-lès-Lyon.

« Nous sommes déçus et consternés de voir que le cardinal, dont les erreurs de choix sont manifestement évidentes dans cette affaire, puisse rester en poste avec le soutien du Pape », a réagi ce mardi matin Bertrand Virieux, co-fondateur de cette association qui s’est créée en janvier pour « briser l’omerta » au sujet de la pédophilie dans l’Eglise. Ces derniers mois, ses anciens scouts ont sollicité le pape à deux reprises, par courrier, pour lui donner connaissance du scandale lyonnais et solliciter une rencontre avec lui. Une requête restée lettre morte.

« Ce scandale est une affaire de pédophilie sans commune mesure dans l’histoire contemporaine de l’église. Parler d’un cardinal qui a eu une gestion calamiteuse de cette affaire en des termes si élogieux nous laisse penser que le pape François ne dispose pas de tous les éléments d’information (…) Il nous parle de la justice civile alors que nous lui demandons de se positionner sur le plan moral », ajoute Bertrand Virieux.

>> A lire aussi : Dix dates pour comprendre le malaise qui ébranle l'Eglise lyonnaise

Depuis la création de l’association en janvier, les membres de La Parole Libérée auraient été contactés par 67 victimes présumées du père Preynat pour des faits remontant aux années 80-90, prescrits pour la grande majorité.