OL: «Steed Malbranque aurait eu sa place lors des saisons de titres», assure Philippe Violeau

FOOTBALL Encore blessé et donc absent pour la dernière journée de Ligue 1 à Reims ce samedi (21 heures), l'attachant milieu de terrain de 36 ans boucle sa 8e et dernière saison à l’OL dans un certain anonymat...

Jérémy Laugier

— 

Steed Malbranque a au total inscrit dix buts en Ligue 1 sous le maillot de l’OL, comme ici face à Montpellier en octobre 2014 (5-1).
Steed Malbranque a au total inscrit dix buts en Ligue 1 sous le maillot de l’OL, comme ici face à Montpellier en octobre 2014 (5-1). — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

« Quand on sortira les photos des équipes de l’OL championnes de France, Steed Malbranque n’apparaîtra malheureusement pas. » Le constat de Philippe Violeau, qui a évolué avec lui à Lyon de 1997 à 2001, résume parfaitement la paradoxale carrière de Malbranque. Non prolongé à 36 ans et encore blessé pour le déplacement lyonnais ce samedi (21 heures) à Reims, celui-ci a marqué son club formateur durant huit saisons dans l’élite (de 1997 à 2001 puis de 2012 à 2016) en ne comptant dans son palmarès qu’ une Gambardella (1997) et une Coupe de la Ligue (2001).

« Son talent sautait aux yeux mais il n’avait pas le temps de jeu qu’il espérait avec nous, précise Philippe Violeau. En tout cas, il aurait sans problème eu sa place lors des saisons de titres à Lyon. » Au lieu de quoi Steed Malbranque a préféré tenter sa chance en Premier League, avec Fulham, Tottenham et Sunderland. « Je pensais vraiment qu’il allait s’inscrire dans la durée à Lyon, indique l’ancien gardien de l’OL Nicolas Puydebois, qui a côtoyé ce joueur ''agréable et taiseux'' au collège et au centre de formation. ll a peut-être manqué de patience à l’époque. »

Steed Malbranque a failli rejoindre Caen en 2012

« Ce n’est quand même pas donné à tout le monde de faire carrière en Angleterre. J’ai le souvenir d’un jeune pétri de qualité et déjà très mature. Il lui a juste manqué quelques buts [son record est de 8 à Fulham en 2001-02] pour franchir le palier international », confie Alain Caveglia, figure majeure de l’OL à la fin des années 90. Directeur sportif caennais depuis cinq ans, il a tenté en 2012 de recruter Malbranque, alors libre avant son retour à Lyon.

« Steed est venu et on s’est presque mis d’accord mais nous sommes descendus en Ligue 2 à ce moment-là. C’est un regret, d’autant qu’il était à nouveau aux portes de l’équipe de France à 33 ans, après ses premiers mois à Lyon », rappelle Caveglia. Mais sa bluffante activité sur le terrain dans l’équipe de Rémi Garde semble désormais lointaine.

« Il était compliqué de l’intégrer dans la nouvelle dynamique de l’OL »

« Il a eu des pépins physiques et à son âge et à son poste, il est beaucoup plus difficile de se remettre dans le rythme lorsqu’on joue moins », explique Philippe Violeau. « Il a peut-être payé son année sabbatique [en 2011-12 après avoir quitté précipitamment le voisin stéphanois]. Il aurait mérité une autre sortie mais il était compliqué de l’intégrer dans la nouvelle dynamique de l’équipe », estime Nicolas Puydebois.

Diminué physiquement et en proie à une grosse concurrence [Darder, Ferri, Tolisso et Grenier], Steed Malbranque n’a pu disputer que 11 matchs de L1 cette saison [1 passe décisive], dont seulement 5 minutes dans le Parc OL avec Bruno Genesio face à Guingamp (5-1) en mars. Pour autant, celui qui a reçu un bel hommage du Virage Nord samedi dernier a annoncé ne pas vouloir mettre un terme à sa carrière pour le moment. Afin de séduire une nouvelle fois le Stade Malherbe ? « Nous avons déjà Nicolas Seube (36 ans) et Julien Féret (33 ans) donc nous avons ce qu’il faut comme milieux de terrain expérimentés », décline poliment Alain Caveglia.