ASSE: Christophe Galtier se demande s’il n’a pas «déjà tout donné» à Saint-Etienne

FOOTBALL Après sept saisons en tant qu’entraîneur principal des Verts, Christophe Galtier s’estime « prêt pour un défi dans un grand championnat »…

Jérémy Laugier

— 

Christophe Galtier a peut-être vécu son avant-dernier match sur le banc stéphanois samedi dernier à Nice. VALERY HACHE
Christophe Galtier a peut-être vécu son avant-dernier match sur le banc stéphanois samedi dernier à Nice. VALERY HACHE — AFP

Cette fois, il pourrait partir pour de bon. Après avoir laissé planer le doute sur son avenir lors des deux précédentes fins de saison, Christophe Galtier vient de donner une interview à La Gazzetta dello Sport qui lève toute ambiguïté. L’entraîneur principal de l’ASSE depuis décembre 2009 veut bel et bien partir.

« Je suis prêt pour un défi dans un grand championnat. A presque 50 ans, je me dis que j’ai aussi choisi de faire ce métier pour connaître de nouveaux pays et vivre de nouvelles expériences », a-t-il notamment confié au quotidien sportif italien dans son édition parue ce mardi.

>> A lire aussi: Finalement, le milieu de terrain stéphanois doit-il vite être bouleversé?

Tous les grands championnats étrangers l’intéressent

Si bien que le choc ASSE-LOSC pourrait bien être son dernier match dans le Chaudron samedi. Actuellement 5es, les Verts visent une place en Ligue Europa pour la quatrième fois consécutive. « Il faut être très lucide. Je me demande si après sept ans, je n’ai pas déjà tout donné et je me dis que dans ces conditions, peut-être que je ne serais pas en mesure de faire monter l’équipe plus haut », lance Christophe Galtier dans cette interview.

Sa préférence clairement affichée va à un championnat étranger, 15 ans après une expérience de six mois à l’Aris Salonique (Grèce) en tant qu’entraîneur numéro un. S’il s’est confié à un journal italien, il n’est pas ouvert qu’à la Série A. « C’est un grand championnat et je parle déjà un peu la langue. Mais j’évaluerai aussi avec attention des offres d’Espagne, d’Allemagne ou d’Angleterre », a ainsi précisé Christophe Galtier.