Moins de monde sur les pistes de ski cet hiver

BILAN La fréquentation des stations françaises a reculé de 3% par rapport à l'année précédente...

C.G. avec AFP

— 

Télécabines à mégève (illustration) . Crédit:Xavier Francolon/SIPA
Télécabines à mégève (illustration) . Crédit:Xavier Francolon/SIPA — SIPA

La fréquentation des pistes de ski françaises a reculé de 3 % cet hiver. Une baisse qui s’explique essentiellement par des températures élevées et un manque de neige criant. La chute de la fréquentation atteint même 7 % par rapport à la moyenne des quatre dernières années, précisent ce lundi les Domaines skiables de France (DSF).

« Pour la saison la plus douce jamais enregistrée en termes de températures, c’est pas mal », a commenté Laurent Reynaud, délégué général de DSF, qui fédère quelque 230 opérateurs de remontées mécaniques en France.

Le manque de neige puis le mauvais temps

Le début de la saison de ski, qui comprend notamment les vacances de Noël, avait été particulièrement laborieuse faute de neige. Au manque de précipitations, s’étaient ajoutées des températures très douces qui avaient empêché la fabrication de neige artificielle en dehors de quelques courtes périodes de froid.

>> A lire aussi : Stations de ski: Un début de saison calamiteux

Durant les vacances de février, c’est l’absence de soleil qui avait dissuadé les amateurs de glisse de monter en stations. Ce n’est qu’à partir du mois de mars que les skieurs ont rechaussé avec le retour d’un temps froid et ensoleillé.

Enfin, la modification du calendrier scolaire a permis de doubler la fréquentation pendant des vacances de printemps plus précoces.

L’Isère et les Alpes du Sud particulièrement touchées

Au terme de la saison, tous les massifs français affichent un recul de fréquentation par rapport aux quatre dernières années : de -3 % en Haute-Savoie à -16 % dans le Jura, en passant par -15 % dans les Alpes du Sud, -9 % dans les Pyrénées ou -10 % dans le Massif central.

>> A lire aussi : Les stations de ski pourront-elles survivre avec moins de neige?

La chute est aussi marquée dans les Vosges (-13 %) et en Isère-Drôme (-15 %) mais plus faible en Savoie (-4 %). Par catégories de stations, ce sont les plus grandes, situées à haute altitude, qui s’en sortent le mieux (-2 % sur quatre ans). Pour les plus petites, la baisse est en revanche sévère : -17 %.

La fréquentation des stations de ski françaises avait déjà reculé de 2,7 % lors de l’hiver 2014-2015 à 53,9 millions de journées-skieurs, ce qui n’avait pas empêché la France de redevenir la première destination mondiale pour le ski, devant les États-Unis.