Lyon : Pharrell Williams et Olivia Ruiz à la prochaine biennale de la danse

CULTURE L'événement se déroulera du 14 au 30 septembre...

C.G.

— 

Pharrell Williams lors d'un concert à Inglewood, en Californie, le 4 décembre 2015.
Pharrell Williams lors d'un concert à Inglewood, en Californie, le 4 décembre 2015. — J. Salangsang/AP/SIPA

« Attention événement ». C’est l’un des spectacles les plus attendus de la rentrée. Le chorégraphe phare de la scène new-yorkaise Jonah Bokaer se produira au TNP de Villeurbanne les 28 et 30 septembre dans le cadre de la prochaine biennale de la danse.

Il viendra présenter une création intitulée « Rules of the game ». Mais surtout, il a fait appel à Pharrell Williams pour signer la musique originale. « C’est très étonnant. Mais on reconnaît quand même le groove de Pharrell », explique Dominique Hervieu, directrice artistique de la biennale, qui a déjà pu en écouter quelques extraits.

« C’est la première fois de sa carrière qu’il accepte de livrer une partition originale pour un spectacle chorégraphique. Elle sera enregistrée cette semaine par l’orchestre symphonique de Dallas », poursuit-elle.

Autre invitée tout aussi surprenante : Olivia Ruiz. L’interprète de la Femme chocolat enfile le tutu pour interpréter le premier rôle de Volver, une comédie musicale, imaginée par le chorégraphe Jean-Claude Gallotta.

Les deux artistes avaient déjà travaillé ensemble en 2013 pour L'amour sorcier, adaptation du ballet-pantomime. De cette collaboration est née une grande complicité. L’énergique chanteuse a accepté de danser et d'entrer dans la compagnie.

Olivia Ruiz, danseuse et chanteuse

« Je lui avais offert mes quatre premiers albums, explique Olivia Ruiz dans une vidéo, dévoilée ce lundi. D’habitude, les gens les mettent dans un coin, sans les écouter. Mais lui, est revenu avec treize chansons qu’il avait sélectionnées. Il m’a ensuite proposé d’écrire l’histoire de la comédie musicale ». A savoir celle d’une jeune fille issue d’une famille d’immigrés. « Elle a la richesse d’appartenir à deux cultures mais aussi la curiosité de se sentir deux fois étrangère », précisent les organisateurs de la biennale.

« Ce spectacle (joué du 21 au 24 septembre à la maison de la danse) est une première mondiale. Il y a beaucoup de comédies musicales américaines mais en France on n’a pas encore LA référence. On n’a pas trouvé cette French touch. Cette création pourrait tout changer », espère Dominique Hervieu.