Villeurbanne: La grève dans les cantines reconduite pour une septième semaine

GROGNE Les agents municipaux, réunis en assemblée générale ce lundi midi, ont reconduit leur mouvement...

Elisa Frisullo

— 

Le 16 octobre 2015, Les cantines de Villeurbanne ne fonctionnent pas depuis le 22 mars, en raison de la mobilisation des agents municpaux. Illustration,.
Le 16 octobre 2015, Les cantines de Villeurbanne ne fonctionnent pas depuis le 22 mars, en raison de la mobilisation des agents municpaux. Illustration,. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

La semaine dernière, la mairie semblait croire à une issue favorable. Mais les espoirs de la municipalité et des parents d’élèves de Villeurbanne ont volé en éclat, après la reconduction de la grève dans les cantines scolaires, votée ce lundi midi par les agents municipaux réunis en assemblée générale par la CGT.

Ces derniers, mobilisés depuis le 22 mars pour une revalorisation des salaires et une amélioration de leurs conditions de travail et des taux de remplacement, ont donc décidé de refuser les dernières propositions faites par la mairie et de s’engager dans une septième semaine de grève.

>> A lire aussi : Villeurbanne: Après six semaines de conflit, bientôt la fin de la grève dans les cantines ?

Un effort consenti sur les remplacements

La semaine dernière, pour convaincre ses agents de reprendre le travail, la ville de Villeurbanne avait consenti à faire des efforts en matière de remplacements. « Nous allons proposer d’augmenter de 15 % les postes de remplaçants qui passeront ainsi de 54 aujourd’hui à 62 », avait alors confié à 20 Minutes Damien Berthilier, adjoint au maire en charge de l’Education.

>> A lire aussi : Villeurbanne: Sixième semaine de grève dans les cantines, les parents se mobilisent

Ce lundi midi, ces propositions, présentées au cours de l’assemblée générale par le maire PS Jean-Paul Bret aux Atsem et agents d’entretien et de restauration mobilisés, ont été rejetées en masse.

Depuis le début de ce mouvement, la plupart des cantines scolaires reste fermée chaque midi. Les écoliers ne pouvant pas être pris en charge par leurs parents sur la pause méridienne restent au sein de leur établissement, entre 12 heures et 14 heures, avec un pique-nique fourni par les familles.