Pédophilie: Les victimes choquées par les propos «indécents» et l'humour noir de prêtres

SCANDALE Les déclarations de deux curés, interrogés lundi en marge de leur réunion avec le cardinal Barbarin, ajoutent au malaise ambiant…

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 25 avril 2016. Vue de la basilique de Fourvière. HOUPLINE RENARD/SIPA
Lyon, le 25 avril 2016. Vue de la basilique de Fourvière. HOUPLINE RENARD/SIPA — SIPA

Des mots irréfléchis, de l’humour de très mauvais goût ou de réelles convictions ? Après les multiples maladresses de langage signées ces dernières semaines par des responsables catholiques, dont le cardinal Barbarin, au sujet de la pédophilie, les déclarations faites lundi par certains prêtres du diocèse sont venues ajouter au malaise ambiant.

Une tourmente que la rencontre organisée par le cardinal Barbarin avec le clergé du Rhône et du Roannais était censée apaiser. « Les propos tenus par ces prêtres sont inqualifiables. Ils sont extrêmement blessants pour nous, victimes. D’autant plus que cette journée était destinée à redorer le blason de l’Eglise vis-à-vis de sa gestion des affaires de pédophilie », confie Bertrand Virieux, cofondateur de l’association des victimes présumées du Père Preynat La Parole Libérée.

>> A lire aussi : Pédophilie: Le cardinal Barbarin reconnaît des « erreurs » devant ses prêtres

Lors de cette réunion organisée à huis clos, l’archevêque a reconnu des « erreurs commises par le diocèse dans la gestion et la nomination des prêtres ». Un mea culpa quelque peu terni par le peu de compassion à l’égard des victimes présumées affiché par l’un des curés de Villeurbanne. « Je ne comprends pas pourquoi ils ont attendu si longtemps. A l’époque, ils disaient être les chouchous du père Preynat, ils en étaient fiers. Alors est-ce que ces gamins étaient très normaux ? Être fier quand on se fait peloter, ça me paraît curieux », a déclaré Jean Lacombe.

« En toute impunité »

Pour évoquer les affaires qui secouent le diocèse, un autre prêtre, à la retraite, a opté pour l’humour. Noir. « Ma position ? Je n’ai pas violé beaucoup d’enfants. Je suis assez clean à ce sujet-là. Heureusement, parce que vous auriez pu en faire partie, comme vous êtes très jeunes les uns et autres », a-t-il lancé aux journalistes.

« Je suis atterré. Cela montre une certaine indécence. Cela dénote de la bêtise mais également de l’ambiance mise en place du fait de l’attitude de Barbarin, lâche Alexandre Dussot, victime présumée du Père Preynat. Quand le chef se permet tout, la cour se permet aussi de dire des choses comme celle-ci, en toute impunité ».

« Comment peut-on avoir autant d’inhumanité et faire de la dérision dans le contexte actuel ? », s’agace encore Bertrand Virieux, soucieux de se concentrer sur les messages bienveillants envoyés à l’association par d’autres prêtres. Des mots de soutien affichant une volonté de changement dans l’Eglise.

Des témoignages de soutien et prises de conscience

« De tout cœur avec vous », écrit ainsi un curé. « Pour signifier clairement qu’il se démarque des agresseurs, le diocèse pourrait se constituer partie civile avec les victimes. Cela aurait le mérite d’être limpide et de lever toute ambiguïté sur la position du diocèse : côté victimes plutôt que côté prêtres agresseurs », ajoute un autre prêtre.

« Il y a aussi beaucoup de prêtres qui sont atterrés. Ceux-là s’expriment pudiquement et non publiquement. Et il y a aussi de plus en plus d’hommes d’Église qui, dans des blogs ou des homélies, témoignent d’une réelle prise de conscience », ajoute Alexandre Dussot.

Dans le bulletin paroissial d’avril, Franck Gacogne, curé de la paroisse Saint-Benoit à Bron n’a pas hésité à s’exprimer, sans tabou. « Je n’ai que faire de la préservation de l’institution, elle n’a pas à être protégée à tout prix. Aujourd’hui, ce sont les victimes qui ont à l’être contre certains de ses membres », écrit-il à destination de ses paroissiens.