OL: Quand Jean-Michel Aulas intervient pour qu'une joueuse lyonnaise ne soit pas opérée

FOOTBALL FEMININ Le président de l'OL est tellement proche de sa section féminine qu'il s'est opposée récemment à une opération aux ischios de la jeune attaquante allemande Pauline Bremer...

Jérémy Laugier

— 

Jean-Michel Aulas, ici lors d'une conférence de presse, deux jours avant l'inauguration du Parc OL en janvier.
Jean-Michel Aulas, ici lors d'une conférence de presse, deux jours avant l'inauguration du Parc OL en janvier. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Jean-Michel Aulas s’est bien fait troller par les amateurs de football féminin sur Twitter l’an passé après avoir salué l’attaquante de l’OL Elodie Le Sommer, qui se nomme en fait Eugénie. Il n’empêche que la section féminine lyonnaise va disputer le 26 mai sa 5e finale de Ligue des champions sur les 7 dernières éditions et JMA y est pour beaucoup.

« Il n’y a personne comme lui dans le foot féminin », a notamment confié dimanche soir l’attaquante norvégienne Ada Hegerberg après la démonstration (7-0) face au PSG en demi-finale, devant 22.050 spectateurs au Parc OL.

>> A lire aussi: L'OL ridiculise le PSG devant 22.050 spectateurs et file en finale

Pauline Bremer : « C’était une décision très importante »

L’implication du président lyonnais est telle qu’il a même lancé une surprenante confidence dimanche soir : « Il y a quelques semaines, Pauline Bremer était blessée et certaines personnes souhaitaient qu’elle soit opérée. Je m’y suis opposé personnellement parce que j’imaginais qu’avec sa volonté et son mental, elle pourrait s’en sortir. Elle est aujourd’hui à son plus haut niveau ». La prometteuse attaquante allemande de 20 ans, reconvertie latérale avec Gérard Prêcheur, a confirmé dimanche à 20 Minutes le rôle joué par Jean-Michel Aulas dans la gestion d’une blessure problématique aux ischios.

Pauline Bremer, ici lors d'un entraînement à la Plaine des jeux de Gerland en octobre dernier.
Pauline Bremer, ici lors d'un entraînement à la Plaine des jeux de Gerland en octobre dernier. - J.Laugier/ 20 Minutes

« Les médecins estimaient que l’opération pouvait être une solution, indique la jeune internationale. C’était une décision très importante car si j’avais choisi cette option, il m’aurait fallu trois mois de repos et j’aurais manqué la fin de la Ligue des champions. Je préférais éviter ça et ça a aussi été la décision du club, suite à une réunion entre le président et les médecins. » Au vu de sa prestation contre des Parisiennes dépassées dimanche, il semblerait que JMA ait eu raison d’ainsi se positionner.

>> Pauline Bremer, la bonne pioche dont ne voulait pas vraiment l'OL