Grenoble: Ce que l'on sait de la fusillade de ce lundi matin

FAITS DIVERS Un tireur cagoulé, en fuite, aurait fait feu sur trois hommes ce lundi matin. Deux des victimes, âgées de 22 et 27 ans sont mortes...

Elisa Frisullo

— 

A Grenoble, le 25 avril 2016. Deux hommes de 22 et 27 ans ont été tués dans le quartier Teisseire lors d'une fusillade AFP PHOTO / JEAN-PIERRE CLATOT
A Grenoble, le 25 avril 2016. Deux hommes de 22 et 27 ans ont été tués dans le quartier Teisseire lors d'une fusillade AFP PHOTO / JEAN-PIERRE CLATOT — AFP

Dans le quartier Tesseire, à Grenoble en Isère, déjà marqué par de nombreux drames par le passé, la piste du règlement de compte ne semble plus faire de doute ce lundi, quelques heures après la fusillade survenue devant l’école Jean-Racine.

  • Deux hommes tués, un grièvement blessé

Peu avant 10 heures, au moins un tireur cagoulé aurait fait feu à de nombreuses reprises sur trois hommes vivant dans ce quartier de Grenoble avec une arme de poing avant de prendre la fuite à bord d’une voiture, selon BFM. L’une des victimes est morte sur le coup, la seconde est décédée peu après des suites de ses blessures et un mineur de 17 ans, grièvement blessé, a été hospitalisé. Ses jours ne seraient pas menacés.

Les deux hommes tués, âgés de 22 et 27 ans, seraient connus des services de police. Le plus âgé des deux avaient été condamné par le passé pour trafic de stupéfiants, selon Le Dauphiné Libéré.

>> A lire aussi : Fusillade à Grenoble: deux morts, un blessé grave

  • Une voiture brûlée retrouvée

En fin de matinée, une voiture brûlée qui pourrait appartenir au(x) auteur(s)  de la fusillade, a été retrouvée dans une commune voisine de Grenoble, à Saint-Martin-d’Hères, relate Le Dauphiné Libéré. Les hommes de la Police judiciaire, chargés de l’enquête, procèdent actuellement aux constations sur le véhicule.

  • Pas de lien avec l'école

Selon les premiers éléments, aucun des protagonistes de cette fusillade n’a pas de lien avec l’école devant laquelle se sont déroulés les faits. Depuis ce matin, le quartier est bouclé par les forces de l'ordre. Les enfants scolarisés à l'école Jean-Racine, sont en sécurité.