Lyon : Le Préfet menace d'interdire le rassemblement «Nuit debout»

SOCIETE Des « débordements sérieux » ont été constatés la nuit dernière…

C.G. avec AFP

— 

Des centaines de personnes réunies place Guichard à Lyon le 9 avril pour le rassemblement "Nuit debout".
Des centaines de personnes réunies place Guichard à Lyon le 9 avril pour le rassemblement "Nuit debout". — SIPA

Le Préfet du Rhône hausse le ton. Suite aux « débordements sérieux » survenus la nuit dernière en marge du rassemblement « Nuit Debout » qui s’est déroulé place Guichard à Lyon, Michel Delpuech menace d’interdire la manifestation.

Deux groupes d’une trentaine d’individus, « dont certains avaient le visage dissimulé » ont quitté dans la soirée le rassemblement afin de « commettre de multiples dégradations » dans le 3e arrondissement, indique ce jeudi la Sûreté du Rhône.

Tags et vitres brisées

Les locaux de la Police de l’Air aux Frontières ainsi qu’un véhicule de service auraient été tagués. Les vitres du bâtiment ont été brisées. Même chose sur le Tribunal de Grande Instance. Enfin les façades la mairie d’arrondissement auraient elles aussi, été recouvertes d’inscriptions.

>> A lire aussi : VIDEO. Qu'est-ce que le mouvement #NuitDebout?

« Ces agissements portent gravement atteinte à l’ordre public et ne sauraient être tolérés », s’est insurgé le Préfet du Rhône dans un communiqué.

« J’ai convoqué les trois organisateurs qui avaient déclaré le rassemblement, pour les mettre en demeure de faire en sorte que de tels troubles ne se renouvellent pas », ajoute-il précisant que dans le cas contraire, la manifestation serait désormais interdite.

« Mouvement totalement pacifiste »

« On condamne fermement ce qui s’est passé de façon unanime. On n’est pas du tout sur cette démarche. Ce sont trois éléments extérieurs qui ont commencé à chauffer les gens en prétextant un début de manifestation sauvage », a déploré Jean-Pierre, l’une des trois personnes convoquées.

« Un petit groupe est parti avec eux. Nous sommes tous très fâchés, le mouvement est totalement calme et pacifique. Depuis le début (31 mars, ndlr), cela se passait bien », a-t-il ajouté