Épidémie de méningite de type B: Trop peu d'enfants et de jeunes vaccinés dans le Beaujolais

SANTÉ En quinze jours, 20% seulement des personnes ciblées par la campagne de vaccination ont reçu la première dose...

Elisa Frisullo
— 
Illustration: vaccination d'un enfant.
Illustration: vaccination d'un enfant. — Catherine Delahaye/SIPA

La campagne, lancée quelques jours avant le début des vacances de Printemps, est loin d’être achevée. Deux semaines après avoir lancé une vaccination massive à destination des 2 mois-24 ans dans le Beaujolais, en proie depuis fin février à un début d’épidémie d’infections invasives à méningocoque de type B, l’Agence régionale de santé a ouvert cette semaine un numéro vert (0800 10 03 79) pour informer les familles concernées. Et remplir davantage les centres de vaccination.

Selon l’ARS, 20 % seulement des 4.300 enfants, adolescents et jeunes adultes visés par la campagne ont reçu leur première dose de vaccin. « Cette couverture vaccinale est encore insuffisante. Plus nous arriverons à vacciner de personnes, meilleures seront nos chances d’enrayer la circulation de ce méningocoque », explique Bruno Morel, directeur adjoint de la veille et de l’alerte sanitaire à l’ARS.

Pas d’autre cas recensé

Cette vaste campagne avait été lancée le 7 avril dans douze communes du Beaujolais après l’apparition, en trois semaines, de quatre cas d’infections à méningocoque de type B - une souche rare- sur quatre enfants et adolescents de Cercié, de Vaulx-en-Beaujolais et de Saint-Etienne-les-Oullières. Si trois des malades avaient pu être soignés rapidement, il y a quinze jours, l’un des jeunes patients restait hospitalisé avec des pathologies importantes.

>> A lire aussi : Vaste campagne de vaccination dans le Beaujolais contre la méningite de type B

Depuis, aucun autre cas n’a été recensé, selon l’ARS. « Mais cela ne veut pas dire que cette souche n’est plus en circulation et qu’il ne faut pas se faire vacciner », insiste Bruno Morel, qui rappelle que « cette maladie rare peut être grave ».

Vaccination gratuite

Dès la rentrée scolaire, la vaccination, totalement gratuite, va donc se poursuivre dans six écoles du secteur visé, où les élèves n’avaient pas pu être traités avant les vacances. Les parents de jeunes enfants sont invités à se rendre à la PMI ou à la maison médicale de garde de Bellegarde (vendredi soir et samedi matin) pour faire vacciner leurs petits.

Les adolescents et jeunes adultes sont accueillis au CDHS de Villefranche-sur-Saône ou dans les deux centres temporaires de vaccination ouverts par l’ARS.