Ligue 1: L'ASSE peut-elle vraiment accrocher le podium avec son jeu flippant?

FOOTBALL Les Stéphanois ne comptent plus que deux points de retard sur son voisin lyonnais, troisième. Depuis dix ans, cinq autres équipes ont déjà fini sur le podium de L1 de manière improbable…

Jérémy Laugier

— 

Jérémy Clément et Moustapha Bayal Sall félicitent Nolan Roux suite à son but décisif samedi à Bastia (0-1).  YANNICK GRAZIANI
Jérémy Clément et Moustapha Bayal Sall félicitent Nolan Roux suite à son but décisif samedi à Bastia (0-1). YANNICK GRAZIANI — AFP

Mine de rien, l’ASSE (5e) a remporté sa quatrième victoire de rang samedi à Bastia (0-1). Les Verts sont du même coup totalement relancés [5es à deux points du voisin lyonnais] dans une course au podium qui semblait quasi inaccessible le mois dernier [7es à cinq longueurs de la troisième place].

La faiblesse de son jeu a beau inquiéter leurs supporters depuis de longues semaines, ils partagent des caractéristiques communes avec cinq formations guère plus emballantes qui avaient accroché le Top 3 à la surprise générale depuis dix ans en Ligue1.

  • Plus d’un tiers de défaites comme Toulouse en 2006-2007

Dans une édition de championnat « normale », Saint-Etienne n’aurait déjà plus aucune chance de finir sur le podium avec ses 54 points à quatre journées de la fin. Mais ses 35 % de défaites en Ligue 1 (12 en 34 matchs) ont déjà été dépassées par une équipe ayant fini sur la troisième marche.

Toulouse s’était ainsi offert le droit de rêver lors d’un double affrontement face à Liverpool en tour préliminaire de Ligue des champions, suite à sa surprenante saison 2006-2007. Malgré un total de 58 points et surtout la bagatelle de 14 défaites, la bande à André-Pierre Gignac avait alors connu un des rares sommets de son histoire.

  • Un coach considéré trop défensif pour réussir comme à Auxerre en 2009-2010

Grâce à quelques prestations enthousiasmantes en Ligue Europa [3-0 contre le Dnipro et 3-2 face à Bâle], Christophe Galtier a parfois donné l’impression d’avoir changé l’identité défensive de son équipe. Mais les éclairs de Romain Hamouma puis Oussama Tannane commencent à dater.

>> A lire aussi: Les débuts fracassants d'Oussama Tannane, «enfant terrible» aux Pays-Bas

Les Verts viennent de réaliser leur série de quatre succès de rang grâce à une base solide [aucun but concédé] et un grand opportunisme, notamment à Bastia samedi (0-1). Une réussite qui n’est pas sans rappeler l’AJ Auxerre, troisième en 2009-2010 avec Jean Fernandez sur le banc. Les Bourguignons avaient alors inscrit 42 buts, soit seulement deux de plus que l’ASSE actuellement.

  • Une éreintante saison de Ligue Europa comme l’OM en 2012-2013

Christophe Galtier manque rarement une occasion de rappeler que depuis leur retour en Coupe d’Europe, les Verts enchaînent les saisons à rallonge. Quand on se coltine 12 matchs de Ligue Europa entre le 30 juillet et le 25 février, l’argument s’entend au moment de négocier le sprint final.

Il n’empêche que les Marseillais avaient surpris tous les observateurs dans cette configuration, en 2012-2013, pour la première saison d’Elie Baup sur le banc olympien. Deuxièmes du championnat sans briller avec au final un nombre incroyable de douze 1-0 et seulement 42 buts inscrits, l’OM avait obtenu la deuxième place malgré 10 rencontres européennes.

Son joueur le plus décisif est pourtant parti comme pour Lille en 2013-2014

Auteur au total de 17 buts et 3 passes décisives en Ligue 1 en 2014-2015, Max-Alain Gradel avait surtout fini la saison en boulet de canon. Il était donc difficile d’estimer, suite à son départ à Bournemouth, que les Verts envisagent finir plus haut sans l’attaquant ivoirien.

A quatre journées de la fin, l’ASSE est pourtant bien dans la course pour faire mieux que sa cinquième place en mai 2015. Le LOSC avait justement réussi à se hisser sur la troisième marche en 2013-2014, juste après avoir cédé durant l’été précédent Dimitri Payet à l’OM. Avec 12 buts et 12 passes décisives, celui-ci semblait pourtant indispensable aux Lillois.

  • Aucun goleador à plus de 10 buts comme pour Monaco en 2014-2015

On est d’accord, sur le papier, le millésime 2014-2015 de l’ASM, avec un quart de finale de Ligue des champions à la clé, n’a rien en commun avec les Verts. Mais en championnat, Monaco n’a vraiment pas renversé les foules la saison passée. Cette équipe a aussi prouvé qu’on pouvait finir sur le podium sans profiter d’un buteur attitré signant entre 10 et 25 buts dans la saison.

Anthony Martial et Bernardo Silva ont ainsi terminé leur exercice avec 9 buts au compteur, soit seulement deux de plus que Nolan Roux. Raillé une grande partie de la saison, la recrue stéphanoise a scoré lors de 3 des 4 dernières victoires de l’ASSE.

>> A lire aussi: Le réveil de Nolan Roux espéré par ses anciens entraîneurs