Lyon : Il vous photographie en train d'éclater de rire

BONNE IDEE Le photographe David Ken s'installe à Confluence jusqu'à samedi inclus. A tester...

Caroline Girardon

— 

David Ken et ses équipes photographient les gens en train d'éclater de rire.
David Ken et ses équipes photographient les gens en train d'éclater de rire. — C. Girardon / 20 Minutes

Se lâcher devant l’objectif d’un pro. Pas facile quand on a l’impression de ne pas être photogénique ou que le moindre sourire vous donne un air atrocement crispé. Il y a sept ans, le photographe David Ken a fait le pari de « capter l’instant rare où les gens se lâchent ». C’est ce qu’il appelle le « LOL Project ».

Portraitiste reconnu, l’artistea délocalisé pour quatre jours ses studios à Lyon (de 13h à 19h). Il s’installe jusqu’à samedi soir au pôle de loisirs et de commerce de Confluence avec l’ambition de vous faire rire aux éclats. Mission accomplie pour Sydonie et son frère Didier. La jeune femme de 25 ans est littéralement conquise à l’issue de la séance.

>> A lire aussi : Une photo, juste pour rire

« L’idée de lâcher prise me plaisait », explique-t-elle en attendant de découvrir les clichés. « C’est très convivial, on s’éclate et finalement, on oublie l’objectif », abonde son frère. « Si on avait juste souri naturellement, la photo aurait été plus froide », ajoute Sydonie en contemplant le résultat.

 

Sydonie et son frère Didier ont posé pour le Lol Project
Sydonie et son frère Didier ont posé pour le Lol Project - C. Girardon / 20 Minutes

 

« On va l’envoyer à notre mère au Cameroun. C’est vrai qu’un fou rire ne vient pas naturellement mais le photographe s’emploie pour nous faire éclater de rire et la complicité que j’ai avec mon frère est flagrante. »

Un remède contre la morosité

Sans rien dévoiler des astuces utilisées par le photographe, le résultat est souvent bluffant. « On prend les gens en rafale et on choisira la meilleure photo au final. Il n’est pas question de les montrer sans qu’ils soient à leur avantage. »

« J’étais curieuse de voir comment il allait s’y prendre car on ne provoque pas un éclat de rire sur commande », explique Marie, 33 ans, qui vient elle aussi de participer à la séance.

« Il ne veut pas qu’on contrôle notre image et fait tout pour nous stabiliser. Finalement, on ne calcule rien et c’est instinctif. Même pour les gens timides, c’est une belle expérience. Et puis dans le contexte actuel, un peu morose, ça fait du bien de voir autant de visages rire comme ça », conclut la jeune femme.