Lyon: Laisser Valbuena et Grenier sur le banc va-t-il poser problème à l'OL?

FOOTBALL Les deux milieux de terrain internationaux devraient encore être remplaçants ce vendredi (20h30) face à Nice...

Jérémy Laugier
— 
Mathieu Valbuena et Clément Grenier sont actuellement frustrés de leur situation de remplaçants à l'OL.
Mathieu Valbuena et Clément Grenier sont actuellement frustrés de leur situation de remplaçants à l'OL. — VALERY HACHE / AFP - JEFF PACHOUD / AFP

Voir trois internationaux français prendre place sur un banc de touche en Ligue 1, ce n’est pas commun. Avant le choc OL-Nice ce vendredi (20 h 30), pour lequel cette configuration pourrait se reproduire, c’est arrivé la semaine passée à Mathieu Valbuena, Clément Grenier et Nabil Fekir [0-2 à Montpellier].

Si ce dernier était déjà comblé de pouvoir entrer en jeu cinq minutes, sept mois après sa grave blessure au genou, les deux autres sont actuellement dans une impasse avec l’OL. Une situation étonnante quand on sait qu’il s’agit, d’après France Football, du premier et du troisième salaire du club [6 millions d’euros annuels pour Valbuena, 3,6 millions pour Grenier].



  •  Est-ce grave pour Mathieu Valbuena et Clément Grenier ?
     

Oui. Aucun des deux milieux de terrain n’a commencé une rencontre de Ligue 1 depuis six semaines, en raison d’une blessure aux ischios (Valbuena), d’une suspension (Grenier) mais aussi et surtout des choix forts de Bruno Genesio. Au vu de leur statut dans l’effectif, et donc évidemment de leur contrat, leur bilan est famélique cette saison, avec seulement 2 buts et 8 passes décisives cumulées en championnat. A titre de comparaison, Rachid Ghezzal (23 ans) et Maxwel Cornet (19 ans), qui sont titulaires pour la première fois de leur jeune carrière depuis janvier, en sont à 12 buts et 7 passes décisives en L1.



Ne comptant que vingt minutes de jeu au total depuis plus d’un mois, Clément Grenier a dû se résoudre à évoluer en CFA dimanche dernier à Grenoble (0-1) afin de retrouver du rythme. Une situation d’échec pour un joueur en mal de spontanéité dans le jeu et qui a prolongé son contrat jusqu’en 2018 cet été, avec en ligne de mire l’Euro 2016 avec les Bleus. Cet objectif personnel semble à peine plus à la portée de Valbuena aujourd’hui, tant sa première saison dans le Rhône est décevante. Selon L’Equipe, l’ancien Marseillais est d’ailleurs allé se plaindre la semaine passée de son statut de remplaçant auprès de Jean-Michel Aulas.



  •  Est-ce grave pour l’équipe lyonnaise ?
     

Non. L’OL présente depuis dix journées le meilleur bilan de Ligue 1, avec huit succès à la clé et une spectaculaire moyenne de 2,6 buts inscrits par match. Une équipe type a enfin vu le jour durant cette belle remontée vers la deuxième place, avec à la fois une identité de jeu collective et des individualités épanouies. A commencer par un Alexandre Lacazette totalement retrouvé avec 9 buts et 2 passes décisives durant cette période.



Que cette fluidité offensive ait à ce point été validée par les résultats, avec Valbuena et Grenier non titulaires à six reprises lors de ces dix matchs, n’est pas forcément le fruit du hasard. Les deux internationaux ont souvent eu le tort de trop porter la balle et donc de ralentir le jeu cette saison.

  •  Est-ce grave pour Jean-Michel Aulas ?
     

Oui. « Je sens que ça va bien se passer », avait confié le président lyonnais en août, lors de la signature de Mathieu Valbuena à l’OL. Pour Jean-Michel Aulas, ce recrutement était une priorité, au point de faire du milieu offensif des Bleus le plus gros salaire du club malgré ses interminables négociations estivales avec l’entourage d’Alexandre Lacazette à ce sujet. Force est de constater que Valbuena, un choix en partie présidentiel, ne s’est toujours pas fondu dans le moule lyonnais. Dans ces conditions, la question de son avenir pourrait se poser dès cet été.

Si la prolongation de Clément Grenier n’a pas été le dossier le plus médiatisé l’été dernier, elle tenait là aussi à cœur à JMA. « Clément fait bien sûr partie des joueurs qu’on souhaite garder, c’est un leader », annonçait-il clairement au moment des négociations. Cette prolongation de deux ans, à un salaire considérable, se justifiait-elle pour un joueur sortant d’une saison à quatre titularisations suite à une blessure tenace ? Pour l’instant, rien n’est moins sûr…



  •  Est-ce grave pour Bruno Genesio ?
     

Non. Bruno Genesio sort grandi de ses récents choix d’équipe type, nullement guidés par les grilles salariales de ses joueurs. Son 4-3-3 a aidé au redressement de l’OL, de même que son souhait de relancer Yanga-Mbiwa et Ferri, et surtout de faire éclore Darder, Ghezzal et Cornet, qui n’avaient quasiment pas eu leur chance durant la première partie de saison.

« On se doit de faire des choix et de les assumer en ce qui concerne le staff. Et on se doit, en tant que joueur, de les accepter », a rappelé ce jeudi l’ancien adjoint d’Hubert Fournier.  Bernard Lacombe était venu défendre ses choix devant la presse mercredi : « Le problème du foot, c’est que la concurrence existe que vous ayez 18, 25 ou 30 ans. Elle existera toujours. Aujourd’hui, Mathieu est un petit peu moins bien qu’un garçon comme Cornet qui marque des buts. C’est comme ça, c’est le foot. »