Lyon : Gérard Collomb juge «inadmissible» d'avoir été snobé par Manuel Valls

POLEMIQUE Réaffirmant qu’il n’a pas été convié à la tenue du Comité interministériel mercredi à Vaulx-en-Velin, le président de la Métropole lyonnaise égratigne à nouveau le Premier Ministre…

C.G. avec AFP

— 

Gérard Collomb, le maire de Lyon, le 5 février 2016. Crédit:KONRAD K./SIPA
Gérard Collomb, le maire de Lyon, le 5 février 2016. Crédit:KONRAD K./SIPA — SIPA

A-t-il vraiment été invité ? Est-il de mauvaise foi, comme le sous-entendent certains ? Alors qu’Hélène Geoffroy, l’ancienne maire de Vaulx-en-Velin, assure avoir convié Gérard Collomb à participer au Comité interministériel sur l’égalité qui s’est déroulé mercredi à Vaulx-en-Velin, le président de la Métropole maintient qu’il a été volontairement snobé par le gouvernement.


Dans une interview accordée au Progrès ce jeudi, le maire socialiste de Lyon affiche une nouvelle fois sa mauvaise humeur, taclant Manuel Valls. « Quand le Premier ministre vient dans un quartier que j’ai contribué à remettre sur pied et qu’il organise ça sans m’avertir, c’est tout simplement inadmissible », juge-t-il. Et de critiquer les annonces du gouvernement : « Le fossé entre le terrain et l’Etat se creuse un peu plus »

>> A lire aussi : Gérard Collomb énervé d'apprendre par la presse la venue de ministres

Gérard Collomb s’était indigné mardi d’avoir été informé de la tenue de ce comité… en lisant la presse. Interrogée par Lyoncapitale.fr, Najat Vallaud-Belkacem, ancienne protégée du maire de Lyon, a déclaré qu’elle ne « comprenait pas » l’attitude de l’élu. « J’ai beau y réfléchir, je ne comprends pas. Quand on a un gouvernement qui vient valoriser l’action menée sur son territoire, on s’enorgueillit. On ne réagit pas ainsi ».

Qu’importe, Gérard Collomb a interpellé aussi le Premier ministre dans une longue lettre ouverte publiée dans l’hebdomadaire Le Point. Il y assure que « la solution au chômage de masse que nous connaissons réside dans une association étroite entre les pouvoirs publics et l’ensemble des acteurs privés ».

Il critique aussi la baisse des dotations de l’Etat et préconise « de donner aux communes bâtisseuses », comme la sienne, « les moyens financiers d’investir dans la construction d’équipements publics nouveaux ».