Mesures de l’église contre la pédophilie:«La montagne accouche d'une souris», regrette une victime

SCANDALE L’association des victimes présumées du Père Preynat réagit aux annonces faites ce mardi par l’Eglise catholique pour lutter contre la pédophilie…

Elisa Frisullo

— 

Le 7 juillet 2015. Un prêtre donnant la communion (Illustration).
Le 7 juillet 2015. Un prêtre donnant la communion (Illustration). — MARTIN BERNETTI AFP

Deux mois et demi après avoir fait éclater, à Lyon, le scandale pédophile qui a plongé dans la tourmente le diocèse et son archevêque Philippe Barbarin, La Parole Libérée s’attendait à des actes forts. Ce mardi, suite à l’annonce par la conférence des évêques de France des mesures prises par l’Eglise pour lutter contre la pédophilie, l’association des victimes du Père Preynat n’a pas caché sa déception.

« C’est une montagne qui accouche d’une souris. On est encore une fois dans des déclarations de bonnes intentions. Mais on se retrouve dans un cul-de-sac en termes d’efficacité », a déploré Bertrand Virieux, un cardiologue lyonnais, cofondateur de l’association des anciens scouts du groupe Saint-Luc qui auraient été abusés par le père Preynat.

>> A lire aussi : Pédophilie: Les évêques s'engagent à faire la lumière sur tous les cas, «même anciens»

Cellules d’écoute, prévention renforcée dans l’Eglise…

Parmi les mesures annoncées ce mardi, les évêques de France se sont notamment engagés à « faire toute la lumière » sur les cas de pédophilie, « même les plus anciens » et ont appelé les prêtres responsables de tels actes « à se dénoncer devant la justice ».

« Cela laisse sous-entendre que jusqu’à présent, pour tous les cas anciens, rien n’a été fait. Quant à demander aux prêtres pédophiles de se manifester, ces paroles n’ont aucune efficacité vis-à-vis de prédateurs comme le père Preynat », déplore ce Lyonnais de 44 ans, victime présumée du prêtre durant ses années de scoutisme.

Concernant la mise en place de cellules d’écoute destinées aux victimes, La Parole libérée est tout aussi circonspecte. « Franchement, quand on voit ce que cela a donné dans le diocèse de Lyon. Lorsque l’une des victimes a alerté la cellule, on n’a rien trouvé de mieux que de le mettre en présence du Père Preynat », ajoute Bertrand Virieux, plutôt satisfait, en revanche de la création d’une commission nationale indépendante chargée de conseiller les évêques en cas d’actes pédophiles portés à leur connaissance.

L’attente d’un « acte fort »

« Il faut que cette instance soit réellement indépendante et que les évêques aient le réflexe de faire appel à elle. Cela n’a pas été le cas dans notre diocèse, où l’archevêque Barbarin n’a pas cru bon de signaler les cas dont il avait connaissance ».

>> A lire aussi : Pédophilie dans l'Eglise: Victimes d'agressions prescrites, ils portent plainte devant le tribunal ecclésiastique

Pour l’association, dont cinq membres ont déposé plainte contre le cardinal pour « non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans », les victimes avaient besoin d’un « acte fort », affichant une véritable tolérance zéro.

« Moi, j’aurais aimé entendre que les prêtres coupables d’actes pédophiles ont, certes, le droit à l’oubli, mais n’exerceront plus jamais dans une paroisse aux côtés d’enfants ou de jeunes adultes », ajoute Bertrand Virieux.