Lyon: Gérard Collomb énervé d'apprendre par la presse la venue de ministres

POLEMIQUE Huit ministres dont Manuel Valls et quatre secrétaires d'Etat participeront mercredi au Comité interministériel sur le projet de loi Egalité et citoyenneté, à Vaulx-en-Velin...

Caroline Girardon

— 

Lyon, Le 1 er septembre 2015. Gérard Collomb, le maire de Lyon.
Lyon, Le 1 er septembre 2015. Gérard Collomb, le maire de Lyon. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Le gouvernement au grand complet ou presque. Mercredi, Manuel Valls et sept de ses ministres ainsi que quatre secrétaires d’Etat se rendront à Vaulx-en-Velin pour participer au Comité interministériel consacré au projet de loi Egalité et citoyenneté.

Najat Vallaud Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, Myriam El Khomri, ministre du Travail, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, Audrey Azoulay, ministre de la Culture, Laurence Rossignol, ministre des Familles, Annick Girardin, ministre de la Fonction publique et Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports feront le déplacement.

Gaffe ou oubli volontaire ?

Petit problème : le président de la Métropole, Gérard Collomb n’a pas été prévenu. Oubli ? Ou gaffe ? Le principal intéressé n’a pas manqué de faire part de son agacement, déplorant avoir été informé de cet événement par voie de presse.

« Président de la Métropole de Lyon et donc très concerné par ces thématiques, je regrette vivement de n’avoir appris que par la presse la tenue de ce CIEC », écrit-il dans un communiqué.

« L’action de la Métropole est pourtant souvent citée en exemple pour ce qui est des opérations de rénovation urbaine, de politique de la ville, et plus généralement d’une vraie volonté de rétablir une mixité sociale à l’échelle de l’agglomération », réagit l’élu.

Et de revenir sur l’incroyable mue du quartier du Carré de Soie à Vaulx-en-Velin, qui « comportait un gigantesque bidonville » avant qu’il ne soit « totalement transformé » à partir de 2001 grâce à un « projet ambitieux », mené avec Maurice Charrier, l’ancien maire de la ville.

>> A lire aussi : Le carré de soie, un lien entre deux villes

« De grandes entreprises sont venues s’y installer : Technip, Veolia, Alstom Transport, un pôle de coopération et de finance éthique, le Woopa, bientôt Adecco, avec près de 1.000 emplois. Bref, ce quartier a retrouvé une nouvelle vie », détaille-t-il.

Vexé de ne pas avoir été informé de ces visites, le président de la Métropole n’a pas hésité à tacler le gouvernement : « Lors du premier programme de rénovation urbaine (2004-2014), le financement de l’Etat s’élevait à 316 millions d’euros. Nous attendons au moins autant. »

Et de conclure : « C’est en effet à l’aune de ce financement que l’on pourra juger de la volonté du gouvernement de promouvoir dans l’agglomération lyonnaise, une égalité réelle. »