ASSE: Pourquoi Neal Maupay a laissé des regrets à l'OGC Nice

FOOTBALL L’attaquant stéphanois de 19 ans revient ce samedi (21 heures) défier l'OGC Nice. Ses anciens formateurs se penchent pour « 20 Minutes » sur ses difficultés à percer dans l’élite…

Jérémy Laugier
— 
Neal Maupay a pu célébrer son premier but sous le maillot stéphanois samedi face à Troyes (1-0). JEFF PACHOUD
Neal Maupay a pu célébrer son premier but sous le maillot stéphanois samedi face à Troyes (1-0). JEFF PACHOUD — AFP

Arrivé l’été dernier à Saint-Etienne pour franchir un palier, Neal Maupay (19 ans) a attendu huit mois avant d’enfin inscrire son premier but en Ligue 1 cette saison. Sa volée gagnante, le 9 avril face à Troyes (1-0) a pourtant tout d’un geste de véritable buteur. Comment celui qui affolait les compteurs dans les catégories de jeunes avec l’OGC Nice a-t-il donc pu se trouver dans pareille impasse ?

« Je trouve que Neal n’a pas fait le bon choix en signant à l’ASSE, annonce clairement Alain Wathelet, directeur du centre de formation niçois, alors que le joueur devrait débuter sur le banc ce samedi (21 heures) pour son retour sur la Côte d'Azur. Tant qu’il n’a pas eu d’agent, il a bien mené sa barque. Là, il aurait dû rejoindre un club moins huppé comme Angers ou Caen pour avoir plus de temps de jeu. »

Surclassé, il était capable d’inscrire 5 buts en 30 minutes

Sur ses 14 rencontres de championnat disputées avec les Verts, l’attaquant n’a en effet été titularisé qu’à 4 reprises. « Comme Claude Puel ne comptait pas vraiment sur lui, Neal a voulu faire un pied de nez à l’OGC Nice en rejoignant un club plus ambitieux. Mais en prenant aussi Roux, Bahebeck et Beric, Christophe Galtier n’en faisait pas sa priorité », analyse Alain Wathelet. Celui-ci a suivi de près tout le brillant parcours de Neal Maupay au centre de formation.

« Dès qu’il est arrivé de Valbonne à 12 ans, on l’a surclassé dans la catégorie supérieure et ça a systématiquement été le cas par la suite, se souvient Alain Wathelet. Il a toujours été notre leader d’attaque et le grand espoir du club. Je me souviens qu’à 14 ans, il était redescendu du niveau U15 régional pour aider les U15 d’Excellence départementale à se maintenir face au leader de la poule. En 30 minutes, il avait déjà inscrit 5 buts et ça a fini sur le score de 12-0 ! »

Eric Roy : « Tout le monde a été un peu vite avec lui »

Neal Maupay a surtout justifié son statut de prodige en aidant les U19 à remporter la prestigieuse Coupe Gambardella en 2012, à même pas 16 ans. Quelques mois plus tard, il signait son premier but dans l’élite. « Tout le monde a été un peu vite avec lui, à commencer par les médias qui en faisaient un futur buteur de l’équipe de France. Il a débuté avec une certaine insouciance [3 buts en 15 apparitions lors de la saison 2012-13] mais il n’a encore jamais su confirmer son talent sur une saison complète », regrette Eric Roy, ex-manager de l’OGC Nice lors des premiers pas de Neal Maupay avec le groupe professionnel.

L’actuel consultant de beIN Sports assure que le jeune Franco-argentin a « un mental de battant » et qu’il ne lâchera pas malgré son statut de remplaçant dans le Forez. Le jeune attaquant l’a déjà prouvé sur la Côte d’Azur en se remettant d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit subie en avril 2013. « Il est bien revenu ensuite mais il n’avait pas le profil d’attaquant qu’apprécie Claude Puel », confie Alain Wathelet.

Alain Wathelet : « Le même état d’esprit que Suarez et Agüero »

Comprendre que l’ancien coach lyonnais préfère des registres plus fins techniquement pour évoluer en pointe, à l’image de Dario Cvitanich (2012-2015) ou désormais de Valère Germain. Neal Maupay a un physique atypique pour un numéro 9 (1,71 m et 69 kg). « Son football, c’est de rentrer dans les défenses avec le même état d’esprit que Suarez et Agüero. Il aime aller au charbon mais sans temps de jeu [16 titularisations seulement en 4 saisons de L1], il a perdu la confiance du buteur », explique le directeur du centre de formation niçois.

Eric Roy, qui avait vite repéré « des lacunes sur le plan technique » chez Neal Maupay, garde aussi le souvenir « d’un garçon au fort caractère ». « Il ne se laissait pas faire. Ce n’est vraiment pas un béni-oui-oui. C’est plutôt un atout à mes yeux mais il faut voir comment il a évolué », s’interroge le consultant de beIN Sports. A 19 ans et après tant de promesses à Nice, il est temps pour lui d’éclore dans le Forez. Le moment ne pourrait pas être mieux choisi que ce samedi lors du choc entre les Aiglons et l'ASSE dans la course à l'Europe.