Lyon: Visé par une enquête préliminaire pour agression sexuelle, le prêtre réagit

POLÉMIQUE L'homme d'église a réagi ce vendredi sur le site de sa paroisse...

Elisa Frisullo

— 

Illustration d'un crucifix au sein d'une église.
Illustration d'un crucifix au sein d'une église. — PURESTOCK/SIPA

C'est un prêtre ultra moderne, rodé à la communication sur les réseaux sociaux et internet. C'est donc via le site internet de la paroisse Sainte-Blandine à Lyon, où il officie, que ce vendredi, le Père David a choisi d'écrire à ses fidèles et de s'exprimer sur l'enquête préliminaire ouverte à son encontre jeudi par le parquet de Lyon pour des faits présumés d'agression sexuelle et d'exhibition.

Une procédure relancée après qu'une plainte, classée sans suite il y a quelques années, a été réactivée ces derniers jours, selon une source judiciaire.

>> A lire aussi : VIDEO. Affaire de pédophilie à Lyon: un nouveau prêtre soupçonné

«Selon un article de presse, une enquête me concernant serait en cours. Un journaliste me mêle ainsi à des affaires de prêtres condamnés par la justice. Ce faisant, il m’associe à tort à ces horreurs qui causent un mal terrible aux victimes», écrit le prêtre, en référence aux affaires de pédophilie présumée qui secouent actuellement le diocèse de Lyon. « Cela m'affecte profondément et il est clair que l'on cherche à salir mon nom et l’Eglise de Lyon. »

Une plainte déposée alors qu'il n'était pas prêtre et classée sans suite

«La seule enquête dont j’ai pu faire l’objet concernait une plainte déposée en 2006 par une jeune femme pour des faits qui se seraient déroulés alors que je n’étais pas encore prêtre. Dans ce cadre, j’ai accepté à l’époque une confrontation avec cette jeune femme devant un officier de police, confrontation à l’issue de laquelle la plainte a été classée sans suite, ajoute l'homme d'église. Depuis, et jusqu’à ce jour, aucune autre convocation ne m’a été adressée par la justice».

Condamnant «les actes infâmes qui ont fait souffrir des enfants et des vies entières, qu'ils soient commis par des prêtres ou par n'importe qui que ce soit», le curé assure à ses paroissiens qu'il continuera à s'engager pour «que l’Eglise soit un exemple de sécurité pour tous les enfants».