Pédophilie : Le directeur de l'école de Villefontaine filmait ses actes

FAITS DIVERS Les enquêteurs ont retrouvé des vidéos oubliées ou mal effacées par l'instituteur...

C.G. avec AFP

— 

Les parents des victimes devant le collège Aragon de Villefontaine, où se sont rendues les ministres de la Justice et de l'Education nationale le 4 mai 2015.
Les parents des victimes devant le collège Aragon de Villefontaine, où se sont rendues les ministres de la Justice et de l'Education nationale le 4 mai 2015. — C.Girardon/20 Minutes

Il aurait en réalité filmé ses agressions, lorsqu’il imposait par « surprise » des fellations à ses élèves de CP. Les enquêteurs en sont désormais convaincus. Un an après la mise en examen du directeur d’école de Villefontaine (Isère) écroué depuis pour des viols sur les enfants, les policiers ont trouvé les preuves de ce que les écoliers avançaient.

>> A lire aussi : Viols sur élèves en Isère: «Les petits en parlaient à la récréation»

« Les enfants avaient parlé d’appareils photo, de caméras. On a retrouvé les supports informatiques », explique Patrice Reviron, avocat des parties civiles. « Cela a été un peu difficile pour les parents que je défends de voir leurs enfants sur des photos extraites de vidéos ».

Il avait effacé les vidéos

Une source proche de l’enquête a confirmé ces informations. L’instituteur âgé de 46 ans, avait néanmoins pris le soin d’effacer ces vidéos lorsqu’il a su que l’affaire allait éclater. « Il a fallu des recherches informatiques poussées pour retrouver des éléments oubliés ou mal effacés », précise-t-elle

Le parquet de Grenoble et les avocats de l’enseignant n’ont pas souhaité faire de commentaires.

61 victimes potentielles

L’ancien directeur d’école est soupçonné d’avoir imposé « par surprise » des fellations à plusieurs de ses élèves dans le cadre de ce qu’il appelait « un atelier du goût », durant lequel les enfants, les yeux bandés, devaient identifier des « choses » que l’enseignant leur faisait goûter.

>> A lire aussi : Isère: le directeur d'école pédophile «craignait» de passer à l'acte dès 2008

La justice a dénombré 61 victimes potentielles dans différents établissements scolaires où a officié cet enseignant.