Savoie: Des alpinistes pris dans une tempête, un militaire décède

FAITS DIVERS Le jeune homme de 24 ans a passé la nuit à 3.000 mètres d'altitude avec six autres compagnons...

C.G.

— 

Illustration d'un hélicoptère de la gendarmerie utilisé par le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM) pour les secours.
Illustration d'un hélicoptère de la gendarmerie utilisé par le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM) pour les secours. — Gaizka Iroz AFP

Deux groupes d’alpinistes ont été pris dans une tempête mercredi en fin d’après-midi. Le premier, composé de six militaires du 7e bataillon de chasseurs alpins de Varces (Isère), s’est retrouvé coincé à 3.000 mètres d’altitude, au col du Pelve, sur le glacier de la Vanoise.

Balayés par un vent très violent, ils ont décidé de bivouaquer alors que l’un des leurs était en état d’hypothermie sévère et ne pouvait plus poursuivre son chemin. Ils ont alors alerté les secours et creusé un trou dans la neige pour y passer la nuit.

Vers minuit, une caravane terrestre composée de six secouristes de la CRS Alpes est partie à leur rencontre. Mais ce n’est que ce jeudi matin, à six heures que les secours ont pu atteindre les militaires, appuyés par deux hélicoptères. Les engins n’avaient pu décoller la veille, au vu des conditions météo.

Le caporal, âgé de 24 ans, qui était en état d’hypothermie sévère, était en arrêt cardiaque ce jeudi matin. Il a été transféré au CHU de Grenoble où il est décédé, a annoncé l’armée de Terre. Quatre militaires en état d’hypothermie légère ont été pris en charge.

Un autre groupe coincé dans le même secteur

Par ailleurs, les secouristes de la CRS des Alpes appuyés par une quinzaine de sapeurs-pompiers ont également évacué un deuxième groupe composé de trois alpinistes civils, ce jeudi matin. En perdition un peu plus bas dans le col du Pelve, la nuit dernière, ils avaient également tenté de se protéger de la tempête, selon Le Dauphiné Libéré. L’un d’eux souffre d’engelures sévères.