Yoann Gourcuff, ici lors de sa présentation devant les médias avec le Stade Rennais, le 12 janvier.
Yoann Gourcuff, ici lors de sa présentation devant les médias avec le Stade Rennais, le 12 janvier. — DAMIEN MEYER / AFP

FOOTBALL

Rennes-Lyon: Et si finalement, Yoann Gourcuff manquait à l'OL?

Le milieu de terrain rennais va retrouver ses anciens partenaires ce dimanche (21 heures). L’occasion de constater en cinq points que son absence fait défaut à Lyon cette saison. Si, si, on vous assure…

On est d’accord, Yoann Gourcuff n’a pas encore transcendé le Roazhon Park cette saison. Avec aucun but, aucune passe et même aucun tir cadré en 210 minutes de jeu (5 apparitions), le milieu de terrain de 29 ans a même jusque-là un apport statistique inexistant pour son retour en Bretagne.

Mais limiter pareil esthète au créneau statistique serait évidemment une grossière erreur. Avant un Rennes-OL déjà déterminant dans la course au podium ce dimanche (21 heures), voici cinq raisons (plus ou moins sérieuses) pour lesquelles le joueur international manque à l’équipe lyonnaise.

Parce que le vrai génie lyonnais, c’était peut-être lui

La saison 2014-2015 de folie du duo « made in Tola Vologe » Alexandre Lacazette-Nabil Fekir a un peu éclipsé ses exploits. Mais même les deux leaders offensifs lyonnais n’ont pas donné cette impression de maîtrise technique totale de Yoann Gourcuff face à Marseille (1-0) en octobre 2014.

D’un crochet parfait derrière la jambe d’appui, l’ancien Bordelais avait mystifié Imbula et Mandanda avant d’expédier une imparable frappe de son « mauvais pied ». Le genre d’étincelle individuelle qu’ont espérée en vain les supporters lyonnais cette saison dans certains matchs fermés, dominés par l’OL mais finalement perdus comme contre Rennes (1-2), Saint-Etienne (0-1) et Bastia (0-1).

Parce qu’il aurait protégé la saison (ratée) de Mathieu Valbuena

Plus que son bijou contre Marseille ou ses deux passes décisives pour Nabil Fekir à Montpellier (1-4) il y a tout juste un an, Yoann Gourcuff reste surtout la garantie d’un sentiment de gâchis crispant un club et son environnement. Avec ses 97 matchs de Ligue 1 manqués en cinq saisons dans le Rhône, il a vite lassé supporters, entraîneurs et coéquipiers.

Si c’était reparti pour un tour, une recrue phare comme Mathieu Valbuena (seulement 1 but et 4 passes en L1) aurait presque pu manquer sa saison dans les grandes largeurs sans que les supporters de l’OL ne se déchaînent contre lui. Après tout, les contre-performances régulières de Cissokho, Diakhaté, Lovren, Miguel Lopes, Briand ou Gomis ont souvent été éclipsées par les agaçantes absences de la (belle) tête de Turc de Gourcuff.

 

>> A lire aussi: Finalement, Mathieu Valbuena mérite-t-il de retrouver sa place dans l'attaque lyonnaise?

Parce qu’il manque une touche glam à cet OL

Entre la grave blessure de sa pépite hype Nabil Fekir et la saison contrastée du meilleur joueur de L1 de l’année passée Alexandre Lacazette, Jean-Michel Aulas manque de joueurs phare en forme pour prendre le relais de Yoann Gourcuff auprès du grand public.

Clément Grenier a bien tenté sa chance mais il s’en est davantage rapproché avec ses longs mois de blessure et son ancienne idylle avec Malika Ménard que grâce à des éclairs sportifs. Et pour mieux remplir le Grand Stade (seulement 33.133 spectateurs dimanche face à Guingamp), Gourcuff ne serait pas de trop.

Parce qu’il n’aurait jamais osé demander une revalorisation salariale

On le sait, l’été 2015 a été très compliqué à gérer pour Jean-Michel Aulas. Les jeunes révélations de la saison précédente ont défilé dans son bureau pour des prolongations de contrat (nettement) revalorisées. Ce changement de statut des Lacazette, Fekir, Lopes, Tolisso, Umtiti et Ferri est l’une des explications principales de la première partie de saison à l’envers de l’OL.

En cinq saisons à Lyon, Yoann Gourcuff n’a jamais cherché à demander une rallonge à son président. Mieux, il avait même accepté de renoncer à une prime d’objectif de 150.000 euros dans sa dernière année de contrat. Quel joueur aujourd’hui se serait ainsi plié à ce modeste salaire mensuel net de 400.000 euros ?

>> A lire aussi: Yoann Gourcuff, héros malgré lui de l'Olympique Lyonnais

Parce que ses interviews sont aussi rares que burlesques

Mapou Yanga-Mbiwa et Mathieu Valbuena ont placé la barre très haut cette saison avec des conférences de presse d’avant-match improbables. Mais hormis ces deux temps forts et les sorties intempestives de Claudio Beauvue depuis son départ, les Lyonnais font le métier sobrement devant les médias.

Dès sa première titularisation de la saison à Caen (1-0) le 21 février, Yoann Gourcuff a par contre touché au sublime avec le Stade Rennais. Interviewé par beIN Sports à la mi-temps du match, celui-ci a lancé sans sourciller : « Il ne faut pas que j’en fasse trop, une blessure est vite arrivée ». On t’a déjà dit qu’on t’aimait Yoann ?