Genève réclame la fermeture de la centrale du Bugey

NUCLEAIRE Une plainte pour mise en danger de la vie d'autrui a été déposée la semaine dernière...

C.G. avec AFP
— 
La ville et le canton de Genève ont demandé la fermeture de la centrale nucléaire du Bugey, située en France, à 70 kms. AFP / FABRICE COFFRINI
La ville et le canton de Genève ont demandé la fermeture de la centrale nucléaire du Bugey, située en France, à 70 kms. AFP / FABRICE COFFRINI — AFP

Fermer la centrale nucléaire du Bugey. C’est ce qu’ont demandé la ville et le canton de Genève, lors d’une conférence de presse organisée ce lundi en Suisse.

« Nous ne sommes pas satisfaits des réponses données lors des procédures administratives », argumente Esther Alder, la maire de Genève qui a décidé de se lancer « dans une bataille juridique ».

Une procédure qui risque de prendre du temps

Une plainte ciblant la centrale du Bugey (Ain), à quelque 70 km de Genève à vol d’oiseau, pour « mise en danger de la vie d’autrui et pollution des eaux » a été déposée le 2 mars auprès du Pôle-santé du Tribunal de grande instance de Paris ; juridiction spécialisée en matière sanitaire.

« La procédure ne sera pas rapide, cela va prendre du temps », a indiqué Corinne Lepage, ancienne ministre française de l’Environnement et avocate des plaignants.

>> A lire aussi : Genève veut l'arrêt de la centrale nucléaire du Bugey en France


Interrogée sur l’identité du ou des responsables visés par cette plainte contre X, elle a répondu que ce sera au juge d’instruction de rechercher les coupables, que ce soit des personnes physiques ou morales.

Bugey, Creys-Malville, même combat

Depuis le lancement de leur action en justice, les autorités genevoises ont reçu une invitation du groupe public Electricité de France (EDF) pour une « réunion d’information » le 4 avril à la centrale du Bugey.

Cette centrale qui fonctionne depuis les années 1970, est considérée comme très vétuste. Dans les années 90, la ville de Genèveavait déjà mené le combat contre la centrale nucléaire de Creys-Malville (département de l’Isère), qui a cessé de fonctionner en 1998.