Le cardinal Barbarin réaffirme qu'il « n’a jamais couvert aucun fait de pédophilie »

RELIGION Alors que s'ouvre une enquête préliminaire pour « non-dénonciation de crime » et « mise en danger d’autrui » dans une affaire de pédophilie, le Primat des Gaules se défend…

C.G.

— 

Le cardinal Philippe Barbarin, le 11 mai 2013 à Lyon.
Le cardinal Philippe Barbarin, le 11 mai 2013 à Lyon. — FAYOLLE/SIPA

Prêt à coopérer « avec sérénité et confiance ». C’est ce qu’a déclaré le diocèse de Lyon à la suite de l’ouverture d’une enquête préliminaire pour « non-dénonciation de crime » et « mise en danger de la vie d’autrui » qui vise le cardinal Barbarin.

Le primat des Gaules est soupçonné d’avoir couvert des actes de pédophilie commis par le père Preynat sur des scouts lyonnais entre 1986 et 1991.

>> A lire aussi : Prêtre soupçonné de pédophilie: Le cardinal Barbarin visé par une enquête préliminaire

« Le cardinal Barbarin et le diocèse de Lyon fourniront aux enquêteurs toutes les informations à leur disposition pour faire la lumière sur ces événements, dont la complexité et l’ancienneté exigent une approche prudente », explique le diocèse dans un communiqué, publié vendredi soir.

Un communiqué dans lequel le diocèse réaffirme que l’archevêque de Lyon « n’a jamais couvert aucun fait de pédophilie ».

« Il s’est trouvé en 2007-2008 informé du passé de ce prêtre, dont les agissements antérieurs à 1991, avaient été traités, à leur époque respective par ses trois prédécesseurs » précise-t-il avant d’ajouter : « Convaincu que ce prêtre avait rompu avec ce passé, il avait alors renouvelé (sa) mission ».

>> A lire aussi : Prêtre soupçonné de pédophilie: Le cardinal Barbarin était informé de son passé depuis des années

« Grâce au collectif des victimes de la Parole Libérée, on sait que, si les faits sont plus nombreux et plus graves que ce qu’il semblait en 2007/2008, aucun n’est à notre connaissance postérieur à 1991 » insiste le diocèse.