ASSE-PSG: Les trois points noirs du rebond parisien en Coupe de France

FOOTBALL Si Paris s’est qualifié ce mercredi pour les demi-finales de la Coupe de France dans le Chaudron (1-3), des interrogations persistent…

À Saint-Etienne, Jérémy Laugier

— 

Lorsque Marquinhos a inscrit le deuxième but parisien (35e), le PSG a cru passer une soirée tranquille dans le Chaudron.
Lorsque Marquinhos a inscrit le deuxième but parisien (35e), le PSG a cru passer une soirée tranquille dans le Chaudron. — JEFF PACHOUD / AFP

La mauvaise soirée lyonnaise a d’abord semblé bien loin. Avec une emprise totale sur le match pendant près d’une mi-temps, marquée par les retours réussis de Blaise Matuidi, Marquinhos et surtout Javier Pastore, le PSG a rapidement fait la différence à Saint-Etienne ce mercredi en quart de finale de Coupe de France (0-2 après 35 minutes).

Mais Paris s’est ensuite bien compliqué la vie. Voici les trois points noirs majeurs d’une qualification pas si tranquille (1-3), à une semaine du 8e de finale retour de Ligue des champions à Chelsea.

Le PSG ne se crée plus assez d’occases

Si souvent décisif avec les Verts, Stéphane Ruffier n’a eu qu’un arrêt majeur à effectuer ce mercredi, en fin de partie contre Zlatan Ibrahimovic (87e). Les trois buts inscrits par le PSG dans le Chaudron (1-3) font en effet figure de trompe l’œil tant les différences offensives ont été rares. Après n’avoir signé que trois tirs cadrés dimanche lors de leur première défaite de la saison en Ligue 1 (2-1) à Lyon, les joueurs de Laurent Blanc ont remis ça dans le Forez avec quatre tentatives cadrées.

Un manque de mordant offensif qui interpelle, au moment où les échéances décisives de Ligue des champions se présentent. Paris a la maîtrise du ballon (et encore, seulement 52 % ce mercredi) et le réalisme, mais c’est à peu près tout. L’absence actuelle d’Angel Di Maria et de Marco Verratti ne peut tout expliquer.

Joueurs et coach s’agacent très vite devant les médias

La sortie médiatique assez surréaliste de Salvatore Sirigu restera une image forte de cette qualification parisienne pour les demi-finales de la Coupe de France. Elle cristallise l’agacement du vestiaire parisien d’avoir vu Lyon célébrer fiévreusement le premier revers du PSG dimanche. Un sentiment clairement partagé par Laurent Blanc.

« On aurait dit que Lyon avait gagné le championnat. La première défaite du PSG a entraîné beaucoup d’écriture et de buzz », a ainsi souligné l’entraîneur parisien ce mercredi. Le retour du couplet classique du mal aimé régnant sans partage sur la Ligue 1 mais subissant actuellement un coup de mou.

>> A lire aussi: «On a vraiment démontré qu’on était une équipe de merde», s’emporte avec ironie Salvatore Sirigu

Blaise Matuidi pourrait être incertain pour Chelsea

Paris a déjà perdu de sa superbe cette semaine sans deux de ses plus beaux esthètes Marco Verratti et Angel Di Maria. Mais à une semaine du 8e de finale retour de C1 à Chelsea, le PSG pourrait vivre un sérieux coup dur. Blaise Matuidi est en effet sorti très frustré (à la 67e minute) après avoir « ressenti une gêne derrière la cuisse ». A le voir tracer comme jamais devant la presse sans vouloir répondre, on se dit que cette blessure n’est sans doute pas anodine.

Elle priverait Paris de son poumon du milieu au plus mauvais moment de la saison. « Quand un joueur sort, je suis toujours inquiet », a reconnu Laurent Blanc après la rencontre. Il l’a d’autant plus été que Benjamin Stambouli l’a remplacé à Saint-Etienne.