Des policiers en tournage à Lyon pour valoriser leur métier auprès des futures recrues

RECRUTEMENT Le clip de recrutement des gardiens de la paix va être diffusé sur les réseaux sociaux...

Elisa Frisullo

— 

Ecully, le 1er mars 2016. Des policiers participent au tournage d'un clip de recrutement de gardiens de la paix destiné aux réseaux sociaux.
Ecully, le 1er mars 2016. Des policiers participent au tournage d'un clip de recrutement de gardiens de la paix destiné aux réseaux sociaux. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Ils sont plus habitués aux scènes de crime ou aux interventions sur le terrain qu’à briller sous le feu des projecteurs. Pourtant, ce mardi matin, des hommes de la police nationale se sont prêtés à l’exercice en participant au tournage d’un clip de recrutement de gardiens de la paix sur le site de la police technique et scientifique basé à Ecully, près de Lyon.

Ce film, réalisé pour la première fois avec de vrais fonctionnaires et non des figurants, sera diffusé prochainement sur les réseaux sociaux pour inciter les jeunes à tenter le concours qui aura lieu en septembre et intégrer les rangs de la police. Le défi ne devrait pas être difficile à relever, car ces derniers mois, la police a gagné en attractivité auprès du public.

Plus d’engouement pour les métiers de la police depuis les attentats

« Depuis les attentats de novembre, on sent un véritable engouement pour nos métiers. Cette année, la police va recruter 5.000 gardiens de la paix au niveau national. Pour le seul concours exceptionnel de mars, nous avons reçu 35.000 candidatures pour 2.800 postes. En 2015, sur toute une année, nous avions eu 29.000 candidats », indique Sébastien Neveu, chargé de la communication au sein de la police nationale.

 

>> A lire aussi : Presque dix fois plus de policiers sortant d'école qu'en 2012, selon Cazeneuve

 

Signe de cette attractivité, depuis les attaques terroristes, la police a vu exploser la fréquentation de ses comptes sur les réseaux sociaux. « Nos abonnés sur twitter ont augmenté de 100 %. Ce qui ressort des lettres de motivation des jeunes qui candidatent au concours de gardiens de la paix, c’est un fort attachement aux valeurs de la République et l’envie de servir leur pays », ajoute l’officier.

 

Ecully, le 1er mars 2016. Des policiers participent au tournage d'un clip de recrutement de gardiens de la paix destiné aux réseaux sociaux.
Ecully, le 1er mars 2016. Des policiers participent au tournage d'un clip de recrutement de gardiens de la paix destiné aux réseaux sociaux. - Elisa Frisullo / 20 Minutes

Montrer la diversité des métiers de la police

Pour susciter des vocations, la police a donc opté pour un clip réaliste montrant des fonctionnaires dans leurs missions quotidiennes. Lors d’une intervention des hommes du Raid, au cours d’une patrouille de police secours ou encore aux côtés des hommes de la police technique et scientifique (PTS) de Lyon.

Pour l’occasion, ce mardi matin, une scène de crime a été reconstituée à Ecully. Guidés par l’équipe du tournage, les fonctionnaires ont mis en scène les missions qu’ils effectuent en temps normal lorsqu’ils débarquent sur le terrain. « L’idée, c’est de montrer ce que nous faisons. Les hommes de la PTS sont les premiers à intervenir sur une scène de crime pour effectuer les constats, les relevés d’empreintes, d’indices. Sans cela, il n’y a pas de chaîne criminalistique », indique Christophe, 31 ans, formateur au Centre national de formation basé à Ecully.

 

>> A lire aussi : Renforts de policiers: Comment les autorités vont recruter les nouveaux gardiens de la paix

 

Ecully, le 1er mars 2016. Des policiers participent au tournage d'un clip de recrutement de gardiens de la paix destiné aux réseaux sociaux.
Ecully, le 1er mars 2016. Des policiers participent au tournage d'un clip de recrutement de gardiens de la paix destiné aux réseaux sociaux. - Elisa Frisullo / 20 Minutes

 

« Il y a une véritable ascension professionnelle possible dans la police. Beaucoup de commissaires ont commencé en tant que gardiens de la paix. On peut faire dans une même carrière toutes sortes de métiers. La police protège, enquête et intervient, c’est toute cette diversité que nous voulons montrer », ajoute Sébastien Neveu.

C’est cette grande variété des missions qui a attiré Pierre, un élève gardien de la paix de 22 ans, en formation à Paris. « J’ai toujours voulu faire ce métier. En entrant dans la police, tu sais que tu ne vas pas t’installer dans une routine. Tu peux évoluer tout au long de ta carrière et chaque jour, les interventions sont différentes de la veille », confie le jeune homme, venu spécialement à Lyon pour participer au tournage. « Je suis fier d’être dans la police. Alors, si à travers ce clip, je peux donner envie à d’autres de faire la même chose, c’est tant mieux… »