Qui est au-dessus entre le Lyon des années 2000 et le PSG actuel selon Govou et Coupet?

FOOTBALL A l’occasion du Lyon-Paris de ce dimanche (21 heures), Sidney Govou, Grégory Coupet et Jean-Marc Chanelet se sont prêtés au jeu d’une opposition virtuelle entre l’OL, septuple champion de France de 2002 à 2008, et le PSG de Zlatan…

Jérémy Laugier
— 
Juninho, Grégory Coupet et Sidney Govou incarnent le Grand Lyon des années 2000, à l'image de la Coupe de France 2008 remportée... face au PSG.
Juninho, Grégory Coupet et Sidney Govou incarnent le Grand Lyon des années 2000, à l'image de la Coupe de France 2008 remportée... face au PSG. — PATRICK KOVARIK / AFP

Evidemment, on ne saura jamais, les époques sont différentes, tout ça, tout ça… Il n’empêche que dans une terne Ligue 1 où le PSG compte 24 points d’avance sur son dauphin Monaco, on ne peut s’empêcher de fantasmer un choc entre l’OL du milieu des années 2000 et l’ogre parisien actuel.

Une chose est sûre, l’opposition aurait eu autrement plus de gueule que le Lyon-PSG de ce dimanche (21 heures) au Grand Stade de Décines, qui pourrait confirmer une nouvelle fois l’impitoyable règne parisien sur le football français. Sidney Govou, Grégory Coupet et Jean-Marc Chanelet, qui ont collectionné les trophées avec l’OL entre 2001 et 2008, ont accepté de se prêter à notre petit jeu.

Coupet : « On leur aurait fait la guerre »

Auriez-vous aimé rencontrer ce PSG actuel ?

Sidney Govou : Forcément, on aime bien se confronter aux meilleurs. Cette équipe du PSG, à l’instant T, est peut-être meilleure que nous l’avons été, mais il aurait quand même fallu voir ça (sourire)…

Grégory Coupet : Ça aurait fait un bon match. Individuellement, il ne fait aucun doute que ce PSG actuel est meilleur. Mais je pense que collectivement, on aurait pu rivaliser. En tout cas, on n’aurait pas nourri de complexes et on leur aurait fait la guerre. Je pense tout de même que ça aurait tourné à l’avantage de Paris.

Jean-Marc Chanelet : Oui, mais je ne pense sincèrement pas qu’on n’aurait pas pu l’emporter. Leur équipe est complète à tous les niveaux.

Chanelet : « Serge Aurier est très fort quand il se contente de jouer »

Quel(s) joueur(s) de ce PSG auriez-vous aimé avoir à vos côtés à l’époque ?

Grégory Coupet : On était une équipe de copains et je n’ai pas envie de mettre en porte à faux un joueur en estimant qu’on aurait pu mettre quelqu’un à sa place.

Sidney Govou : Personnellement, je suis fan de Marco Verratti. Ça tournait beaucoup chez nous et je pense que n’importe quel joueur parisien aurait pu jouer dans notre équipe.

Jean-Marc Chanelet : Thiago Silva est très fort, tout comme Serge Aurier quand il se contente de jouer au foot. Il y a surtout Ibrahimovic qui est sur une autre planète. Un tel avant-centre aurait changé des choses pour l’OL en 2005 et 2006.

Sidney Govou : Les gens pensent tous qu’on aurait pu aller encore plus haut avec un véritable avant-centre. Mais si on a été jusque-là, c’est justement car on n’en avait pas. On permutait énormément en attaque et ça foutait le bazar dans les défenses. Notre style de jeu était différent grâce à ça.

Coupet : « Quand on voit tous les coups francs que tire Zlatan… »

Inversement, quel(s) ex-Lyonnais rendrai (en) t ce PSG encore meilleur ?

Sidney Govou : Peut-être Greg (Coupet) même si je trouve que leur gardien (Kevin Trapp) est bon, malgré des erreurs de temps en temps. Je suis obligé de dire « Juni » car Paris ne marque pas beaucoup sur coups de pied arrêtés. C’était une arme redoutable pour nous.

Grégory Coupet : Oui, Juninho sans hésiter, surtout quand on voit toutes les coups francs que tire Zlatan. Avec la moitié de ses tentatives, « Juni » aurait inscrit deux fois plus de buts que lui dans ce domaine. Je pense aussi à Eric Abidal. Mais honnêtement, pas mal d’autres joueurs auraient eu leur place à Paris.

Jean-Marc Chanelet : « Juni » pour les coups francs et Cris derrière, ça faisait tout de même peur à l’époque. Greg (Coupet) aurait eu sa place dans les buts. Sonny Anderson se serait régalé aussi dans un tel collectif. Abidal, Essien, Malouda et Tiago n’auraient pas été loin non plus.

Comment jugez-vous la concurrence en L1 par rapport à votre époque ?

Sidney Govou : Honnêtement, l’adversité n’est pas la même aujourd’hui. Derrière Paris, il y a un gouffre. Nous avions plus d’adversité face à nous.

Grégory Coupet : C’est ça, aucune équipe ne se détache après le PSG. Même Monaco (2e) n’est pas transcendant dans le jeu.

Govou : « Si Paris remporte huit titres, j’applaudirais quand même »

Ce PSG a-t-il plus de chances de remporter la Ligue des champions que vous à l’époque (quarts de finale en 2005 et 2006) ?

Sidney Govou : Oui, car Paris n’a pas du tout le même profil de joueurs que nous à l’époque. Nous étions plutôt des inconnus venant à Lyon pour grandir alors que le PSG recrute essentiellement des joueurs confirmés.

Grégory Coupet : Oui, c’est une belle machine de guerre. Avec tous ses joueurs étrangers reconnus, elle est plus impressionnante que nous ne l’étions.

Jean-Marc Chanelet : Aujourd’hui, on voit qu’une équipe comme Chelsea regrette de tomber sur Paris en C1. Je vois le PSG dans le dernier carré cette saison.

Avez-vous peur pour votre record de sept titres consécutifs en Ligue 1 ?

Grégory Coupet : En tout cas, au vu de l’hégémonie actuelle du PSG, ces sept titres risquent d’être gobés rapidement.

Sidney Govou : Non, si Paris en remporte huit de suite, j’applaudirais quand même (sourire).